fbpx

Cameroun Actuel

L’écurie de Formule 1 Sauber ne fait pas de publicité interdite

Le canton de Vaud a fait le point mardi sur sa promotion de la santé et sa prévention dans les lieux de formation. Si la tendance est à une baisse de la consommation de cigarettes, d’alcool et de cannabis, la tendance est à la hausse pour le harcèlement sexuel, les intimidations et les discriminations.

Le conseiller d’Etat en charge des écoles Frédéric Borloz a présenté au gymnase de Renens devant les médias les résultats d’une recherche menée par Unisanté auprès d’élèves du canton entre 11 et 18 ans. Elle met en lumière leurs comportements, leurs habitudes et leurs préoccupations, tant à l’école qu’à l’extérieur du milieu scolaire.

De manière générale, ces jeunes se disent à 77% « en bonne ou excellente santé ». « C’est un chiffre plutôt positif, mais en même temps inquiétant, car la situation a tendance à se dégrader, en lien notamment avec le contexte post-Covid », a nuancé le ministre de la formation.

La part des jeunes se déclarant en état de santé « mauvais ou moyen » est, en effet, en hausse, selon l’étude. Les filles sont particulièrement touchées. A 15 ans, 27% d’entre elles se disent « en moyenne ou mauvaise santé ».

Bémol: puffs et e-cigarettes

« La santé mentale est un enjeu de taille », a-t-il dit, évoquant les 10 millions de francs alloués au plan d’action interdépartemental (formation, jeunesse et santé) pour augmenter les ressources et améliorer leur accessibilité, notamment plus de psychologues et de personnel en général.

Parmi « les nouvelles réjouissantes », Marie Torres, responsable de l’Unité de promotion de la santé et prévention en milieu scolaire (Unité PSPS), a relevé le recul de plusieurs comportements liés aux addictions. Les jeunes de 15 ans consomment moins de cigarettes, d’alcool et de cannabis, ceux de 18 ans également moins d’alcool.

Un bémol toutefois, les puffs bar et la cigarette électronique séduisent de plus en plus les jeunes, a-t-elle soulevé. A 15 ans, 10% d’entre eux en ont consommé, et à 18 ans, le taux monte à près de 25%.

D’autres conduites addictives sont dans les radars de l’Unité PSPS, par exemple les univers numériques (écrans, paris sportifs), certains médicaments et autres substances comme la kétamine.

Sentiment d’insécurité en baisse

Toujours côté positif, de moins en moins d’élèves ressentent de l’insécurité à l’école et sur le chemin de l’école. Ce sentiment d’insécurité est passé à 10,7% en…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi