fbpx

Cameroun Actuel

Le télescope Hubble va être progressivement mis à la retraite

Joe Biden a donné mardi un coup de barre à droite à la politique d’immigration des Etats-Unis, annonçant de nouvelles mesures drastiques censées permettre de « reprendre le contrôle » de la frontière avec le Mexique.

Des mesures décriées par ses adversaires républicains comme étant « de la poudre aux yeux », et contestées à gauche.

Le président démocrate, 81 ans, a signé un décret qui empêchera les migrants entrés illégalement sur le territoire américain de bénéficier du droit d’asile lorsque leur nombre dépasse les 2500 par jour, ce qui est actuellement le cas.

Le texte, qui entrera en vigueur mercredi à minuit (06h00 suisses mercredi), facilite aussi les expulsions vers le Mexique, à quelques rares exceptions près.

Ces mesures « nous aideront à reprendre le contrôle de nos frontières et à rétablir l’ordre dans le processus » de demande d’asile, a déclaré le président Biden lors d’une allocution, ajoutant qu’elles respectaient « les responsabilités qui nous incombent en vertu du droit international ».

Il a une nouvelle fois accusé ses adversaires républicains de bloquer toute réforme migratoire, en pleine campagne électorale avant l’élection de novembre où il sera opposé à Donald Trump.

« Réglons le problème et cessons de nous battre à ce sujet », a-t-il dit en faisant valoir qu’il ne « diaboliserait jamais » les migrants.

Les demandeurs d’asile seraient à nouveau autorisés à entrer dès que leur nombre tomberait à 1500 par jour, selon la Maison Blanche.

Il s’agit d’une politique d’immigration parmi les plus restrictives jamais adoptées par un président démocrate, alors que tous les sondages montrent que le sujet pèse lourd sur les chances de réélection de Joe Biden en novembre.

« Une façade », dit Trump

Son adversaire républicain Donald Trump a balayé ces annonces, répétant que le président américain a selon lui « complètement abandonné (la) frontière sud ».

« Joe Biden prétend enfin faire quelque chose au sujet de la frontière – mais en fait, ce n’est qu’une façade car il sait qu’un débat aura lieu dans trois semaines », a-t-il écrit sur son réseau Truth Social, en référence au duel télévisé qui les opposera le 27 juin.

Donald Trump martèle que les migrants clandestins sont à l’origine d’une vague de criminalité aux Etats-Unis. Or, ni les statistiques policières disponibles dans les grandes villes, ni les études ne démontrent la réalité d’un tel…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi