fbpx

Cameroun Actuel

La Palestine demande à Washington de « pousser » pour l’aide à Rafah

Des perquisitions ont été menées mercredi au Parlement européen à Bruxelles et Strasbourg dans le cadre d’une enquête de la justice belge sur des soupçons d’ingérence russe et de corruption. Ceux-ci éclaboussent l’eurodéputé allemand d’extrême droite Maximilian Krah.

« La police judiciaire fédérale de Bruxelles (…) a procédé le 29 mai à des perquisitions au domicile d’un collaborateur du Parlement européen à Schaerbeek (commune du nord de Bruxelles) ainsi qu’à son bureau au Parlement européen de Bruxelles », a annoncé le parquet fédéral belge dans un communiqué.

Une perquisition a aussi été menée dans le bureau de cet assistant au Parlement européen à Strasbourg, « en étroite collaboration avec Eurojust et les autorités judiciaires françaises », ajoute le parquet.

Selon une source proche du dossier, la personne visée est Guillaume Pradoura, ancien assistant parlementaire, français, de Maximilian Krah, du parti d’extrême droite Alternative pour l’Allemagne (AfD), qui se trouve au coeur d’un scandale pour ses liens présumés avec la Chine et la Russie.

Payés pour relayer la propagande russe

Les perquisitions « s’inscrivent dans le cadre d’un dossier d’ingérence, de corruption passive et d’appartenance à une organisation criminelle, et concernent des indices d’ingérence russe, selon lesquels des membres du Parlement européen auraient été approchés et payés pour promouvoir la propagande russe via le ‘site web d’information’ Voice of Europe », précise le parquet fédéral.

« Des indices prouvent que le collaborateur du Parlement européen en question a joué un rôle important dans cette affaire », indique-t-on de même source.

Guillaume Pradoura est désormais assistant de l’eurodéputé Marcel de Graaff, membre du Forum pour la démocratie, un parti eurosceptique et conservateur néerlandais. Il a aussi été assistant de l’eurodéputé français Nicolas Bay, et exclu du Rassemblement national (RN) en 2019 à la suite de la publication d’une photo à connotation antisémite.

Argent versés à des élus

Interrogé par l’AFP, le porte-parole de Maximilian Krah a souligné que cet ex-collaborateur ne travaillait plus pour l’eurodéputé allemand « depuis deux ans ». Mais ce sont bien plutôt ces anciennes fonctions qui sont visées, selon la source proche du dossier.

L’enquête a été lancée par le parquet fédéral belge en avril, après l’identification d’un réseau d’influence…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi