Camerounactuel

Entretien avec Maïdadi Saïdou : « l’Undp a toujours été second après le parti au pouvoir en termes de suffrages obtenus »

A peine les lampions éteints sur la grand-messe de l’Union nationale pour la démocratie et le progrès (Undp), votre quotidien donne la parole à un vétéran de la vie politique nationale, Maïdadi Sadou, un bourlingueur dans le sens premier du terme au sein du biotope politique camerounais.

Qui mieux que lui est indiqué, de tirer du haut de son expérience les retombées de ce haut lieu politique et surtout les avatars qui en découlent. Il y va comme il le comprend, d’un trait, vrai et sincère. C’est un Maïdadi Saïdou offensif – lui le militant à la base, lui qui est au bureau politique, lui le communicant attitré, lui l’homme à tout faire, « la bête politique » – qui se livre sans fioritures à Le Messager . Ses propos sont concis et mesurés, comme on aime bien, pourtant d’une profondeur sans limite. Voici l’Undp sous les regards du natif de Garoua, passé par le Sdf de Ni John Fru Ndi.

L’Undp vient de tenir son 7e congrès. Un haut lieu où tous les partis politiques ont répondu présents. Comment l’interpréter ?

Il revient à ta direction du parti d’interpréter ce qui s’est passé à cet événement important de La vie de notre parti qu’est son congrès ordinaire. Pour nous les militants, nous sommes satisfaits de cette présence et nous pousserons la direction à prendre acte et à donner tes orientations nécessaires pour le bien de notre pays et celui de notre parti, incontestablement, il s’est passé quelque chose d’important et notre parti tel que nous le connaissons sera à la hauteur des attentes placées en lui.

On a compris des partis politiques de l’opposition vous tendre la main pour travailler ensemble. Qu’en dit le parti ?

La réponse officielle sera donnée par la direction du parti certainement au moment qu’elle jugera opportun. Je dirai tout simplement que notre parti a toujours été incompris et il a très souvent été ignoré ou mis à l’écart sous le seul prétexte qu’il est en alliance avec le parti au pouvoir.

Si malgré cette réalité, nous sommes aujourd’hui sollicités, cela veut dire que les positions des uns et des autres ont évolué et ta direction se prononcera certainement sur ta question. Le Président national, comme à son habitude, consultera tes instances appropriées qu’il a toujours associées dans ses prises de décision les plus importantes qui engagent t’avenir de notre parti et tout le monde sera fixé.

L’alliance avec le Rdpc est-elle en situation ?

Pour l’instant et jusqu’à preuve du contraire, cette alliance est bien en place et en situation. Le comité central de notre parti qui avait mandaté le président national de négocier les alliances du parti avec d’autres notamment ta plateforme gouvernementale actuelle. Le président national qui a le souci de notre parti plus que n’importe lequel des militants saura donner les orientations les meilleurs à notre parti.

Maurice Kamto a dit que le 7e congrès est la première pierre du Cameroun de demain. Comment avez-vous compris ?

Nous sommes en politique et chacun peut avoir sa propre interprétation mais seul l’intérêt supérieur de nos populations doit primer. Nous les militants, pensons que l’option de parti républicain, respectueux des lois de la république choisie par notre formation politique demeure la meilleure. Notre parti s’est toujours vu dans le Cameroun de demain, aujourd’hui plus encore et c’est pour cela que nous l’appelons parti de l’espoir.

Bouba Bello encore au perchoir. Le choix de la sagesse, du consensus ou du cœur ?

C’est tout simplement le choix de la raison. Malgré les problèmes très souvent issus des renouvellements des organes de base, des investitures aux différentes élections ou tout simplement de toutes sortes d’intérêts, le président national a su maintenir ta barre et remis tout te monde ensemble. Je peux vous dire que cela n’a jamais été facile.

Malgré les attaques et les mesquineries à droite comme à gauche, le parti a gardé un bon rang dans le classement des formations politiques de notre pays, il a toujours été second après le parti au pouvoir en termes de suffrages obtenus. Aujourd’hui, il l’est aussi bien en termes de suffrages qu’en termes d’élus.

18 communes dont une mairie de ville ; 9 parlementaires dont 7 à l’Assemblée nationale et 2 au Sénat ; une région sous sa direction et des conseillers régionaux dans 2 autres régions. Qui à l’intérieur du parti peut présenter un bilan aussi élogjeux ? C’est en toute logique et connaissance de cause que les congressistes lui ont confié une fois de plus les destinées de l’Undp.

Les ambitions du parti pour l’avenir ?

Pour nous les militants, l’Undp est créée pour aspirer légitimement au pouvoir d’Etat ou accessoirement le partager avec d’autres. Nous sommes le second parti de notre pays, nous aspirons à en être le premier.

Un propos pour la fin ?

L’Undp est une alternative crédible. Si nous étions les seuls à y croire hier, aujourd’hui les yeux de tous s’ouvrent tout doucement et les nombreux discours des leaders des autres formations politiques sont là pour en témoigner.

Le Messager

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles