fbpx

Cameroun Actuel

Élection présidentielle au Tchad : le choix entre l’ancien régime militaire et un avenir incertain

Ce lundi 6 mai 2024, les Tchadiens se rendent aux urnes pour élire leur nouveau président, dans l’espoir de mettre fin au régime militaire qui gouverne le pays depuis la mort du président Idriss Deby Itno en 2021.

Le scrutin oppose deux principaux candidats : le chef militaire actuel, Mahamat Idriss Deby, et le Premier ministre Succes Masra, qui était autrefois proche du régime en place mais s’est depuis présenté comme une alternative. Cependant, avec l’absence de tout autre challenger sérieux, les observateurs craignent que cette élection ne soit ni libre ni équitable.

Mahamat Idriss Deby, fils du défunt président, a promis une « élimination directe dès le premier tour » de son principal rival, Succes Masra. De son côté, Masra a également affirmé qu’il gagnerait sans avoir besoin d’un second tour, promettant un nouveau départ pour le Tchad.

Pourtant, des organisations de défense des droits de l’homme ont exprimé de vives préoccupations quant à l’intégrité du processus électoral. La mort de l’opposant Yaya Dillo et l’interdiction pour d’autres candidats de se présenter ont jeté une ombre sur la crédibilité de l’élection.

Depuis qu’il a été nommé chef de la transition en 2021, Mahamat Idriss Deby a prolongé son mandat de deux ans, suscitant des critiques quant à son engagement envers la démocratie. De nombreuses voix de l’opposition ont été réduites au silence ou ont été contraintes à l’exil, tandis que les tentatives de la société civile de faire campagne contre le régime ont été étouffées.

Malgré la présence de huit autres candidats, peu connus ou perçus comme complaisants envers le régime en place, la légitimité du processus électoral reste remise en question. Des décisions controversées, telles que la publication uniquement des résultats régionaux des votes, ont alimenté les doutes sur la transparence du scrutin.

Dans un pays où un tiers de la population est âgée de moins de 24 ans, cette élection marque également la première participation de nombreux jeunes électeurs. Leur vote pourrait jouer un rôle déterminant dans le choix de l’avenir politique du Tchad.

Alors que plus de 8,2 millions d’électeurs sont inscrits, le Tchad, en dépit de ses richesses en ressources naturelles, reste l’un des pays les moins développés du monde selon les Nations Unies. Cette élection suscite donc des espoirs mais aussi des inquiétudes quant à la direction que prendra le pays dans les années à venir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi