fbpx

Cameroun Actuel

Bilan de l’exécution physico-financière de l’investissement public 2023 : des performances mitigées selon le Comité National

La deuxième session du Comité National de Suivi de l’Exécution Physico-Financière de l’Investissement Public pour l’exercice 2023, présidée par l’honorable Rosette Moutymbo Ayayi, a révélé des chiffres contrastés quant à l’avancement des projets inscrits au Budget d’Investissement Public (BIP) de cette année.

À la clôture de cette rencontre, il a été constaté que le taux d’exécution physique des projets atteignait 63,55 %, marquant une baisse significative de 11,01 points par rapport à l’année précédente où ce taux s’élevait à 74,56 %. Parallèlement, le taux d’engagement financier a également connu une diminution notable, passant de 92,07 % en 2022 à 72,26 % en 2023, soit une perte de 19,91 points.

Selon les données du ministère de l’Économie, cette contreperformance est particulièrement prononcée dans les projets à financement conjoint, qui représentent une part importante du BIP 2023. Les projets financés par des sources extérieures affichent ainsi un taux de décaissement de seulement 56,23 % contre 98,73 % l’année précédente, et un taux de réalisation physique de 55,90 % comparé à 75,96 % en 2022.

Rosette Ayayi a souligné que cette baisse était en grande partie attribuée à l’achèvement des grands projets de première génération, notamment ceux liés à la Coupe d’Afrique des Nations (CAN), et au démarrage tardif des projets programmés pour l’exercice 2023.

Malgré ces résultats mitigés, l’exécution du BIP sur ressources internes et à gestion déconcentrée présente des signes plus encourageants. Les projets financés sur ressources internes ont affiché un taux de réalisation physique de 73,71 % à la fin de 2023, en légère hausse par rapport à l’année précédente (72,89 %). De même, les crédits délégués aux Services déconcentrés de l’État et aux Collectivités Territoriales Décentralisées ont vu leur taux de réalisation physique augmenter de 9,01 points, atteignant 82,54 %.

Les régions de l’Adamaoua et de l’Ouest se distinguent particulièrement avec les meilleurs taux d’exécution, respectivement 97,21 % et 91,46 %. En revanche, les régions du Centre et de l’Est affichent les performances les moins élevées en termes d’exécution des projets physiques.

Rosette Ayayi s’est montrée satisfaite de l’exécution des ressources transférées aux Collectivités Territoriales Décentralisées, tout en soulignant la nécessité pour les maires de mieux s’adapter aux procédures administratives et à la gestion publique. « Nous continuerons à renforcer la formation et l’information pour améliorer encore ces résultats », a-t-elle déclaré.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi