fbpx

Cameroun Actuel

Agriculture de seconde génération : le gouvernement ressuscite le projet d’usine à tracteurs d’Ebolowa

En juin 2022, le Directeur général du Centre national d’études et d’expérimentation du machinisme agricole (Ceneema) annonçait que le Minepat rétrocèderait l’usine d’assemblage des tracteurs et engins agricoles d’Ebolowa (région du Sud) à l’entreprise dont elle a la charge. Un an après, le processus n’a pas été officiellement finalisé. Mais en attendant, les services de la Primature pilotent le dossier sous la supervision du conseiller spécial N° 2, Blessed  Okole. C’est à ce titre que cette dernière s’est donc rendue dans la région du Sud le 4 juillet dernier à l’effet d’évaluer les dispositions prises pour accueillir les nouveaux engins.

La visite de l’usine implantée au quartier Ngalan (sur deux sites de 5 hectares et 8 hectares,  Ndlr) par l’émissaire de Joseph Dion Ngute,  laisse entrevoir l’ambition pour le gouvernement de redonner vie à cette usine qui est restée non fonctionnelle pendant plusieurs années. Concrètement, la reprise de l’usine d’assemblage des engins s’inscrit dans le cadre de la deuxième convention entre le Cameroun et le gouvernement indien concernant les filières riz, maïs et manioc. Celle-ci, apprend-t-on de bonnes sources, va coûter environ 22 milliards de Fcfa.

Pour le moment, les premiers engins sont arrivés à Ebolowa il y a deux semaines tandis que d’autres sont encore stockés dans des containers au Port autonome de Douala(PAD) le temps de remplir certaines formalités administratives. « Actuellement, nous avons déjà reçu 08 pote-chars, 07 camions-plateaux et nous aurons 21 bulldozers, 10 pelles-chargeuses, 10 compacteurs, 10 niveleuses, 18 camion-citerne, 239 tracteurs de 90 CV, des moissonneuses-batteuses et égreneuses de maïs », a détaillé dans les colonnes de Cameroon Tribune, Andrée Caroline Mebande Bate, DG du Ceneema.

Il convient de noter que la première phase du projet a permis d’assembler 996 tracteurs. Sauf que, les engins distribués de part et d’autre n’ont pas été utilisés à bon escient. Au Ceneema ; l’on apprend que de nombreux tracteurs ont été remis à des personnes dont tous ne maitrisaient pas la conduite des tracteurs encore moins le dépannage. C’est pour pallier ce manquement que le Ceneema veut, à travers la relance de production des engins, mettre un accent sur la formation en mécanisation agricole au sein de de l’usine d’Ebolowa avec en prime, la construction mécanique.

L’équipe du Premier ministre doit cependant relever un certain nombre de challenges pour pouvoir réaliser les objectifs escomptés. Il s’agit notamment de restaurer l’eau et l’électricité. Ceci est dû au fait que l’usine est restée inusitée pendant de longues années. Ce qui aurait amené les fournisseurs à déconnecter l’usine. Un autre défi est aussi celui de sécuriser le site.

Eco Matin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi