Camerounactuel

Un cabinet britannique va réaliser un audit de la Camwater

Le cabinet britannique devra passer en revue la situation structurelle, sectorielle, technique, commerciale et financière de la Cameroon utilities (Camwater), dans l’optique de la rendre viable et d’améliorer son rendement.

Depuis la nomination de Blaise Moussa au poste de Directeur général de la Cameroon Water Utilities (CAMWATER), les lignes semblent bouger au sein de cette entreprise publique chargée de la production et de la distribution de l’eau potable au Cameroun, alors qu’elle peine à assurer l’approvisionnement des ménages en ce précieux liquide.

Le nouveau top-management a décidé de procéder à une étude diagnostique de cette société, à l’effet de la rendre viable et d’optimiser son rendement. Dans sa parution de ce mardi 2 novembre 2022, le bihebdomadaire EcoMatin révèle que le choix a été porté sur la filiale camerounaise du cabinet britannique Moore Stephens pour réaliser cette étude.

Il s’agit concrètement pour le cabinet Moore Stephens d’effectuer un état des lieux actuel de la CAMWATER dans son secteur d’activité et de faire un pont sur la  sortie du contrat d’affermage/gestion avec la CDE (Camerounaise des Eaux) ; de cerner ses difficultés et analyser leurs causes endogènes et exogènes sur les plans institutionnel, organisationnel, technique, financier, commercial ; d’identifier ses forces et ses faiblesses et d’analyser sa viabilité future au regard de ses atouts et des menaces auxquelles elle fait face ; d’analyser la viabilité financière de l’entreprise suite aux nouvelles missions qui lui ont été confiées, au regard de ses atouts et des menaces auxquelles elle fait face ; d’identifier les conditions nécessaires à l’équilibre des comptes et à sa rentabilité ; de proposer un schéma de développement accompagné des scénarios de réhabilitation le cas échéant  et de proposer une matrice d’actions chiffrée sur la base des scénarios.

Il faut rappeler que la CAMWATER a entamé depuis le mardi 1er novembre 2022 une opération de recouvrement des créances de l’entreprise, qui se chiffrent à 32,8 milliards de FCFA.

CIN

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Ma vie au quotidien

Les plus lus

Lire aussi