fbpx

Cameroun Actuel

Syngenta débouté dans son différend avec Berne sur les fongicides

Le Tribunal fédéral déboute l’association vaudoise Choc électrique et deux particuliers. Les recourants contestaient le démantèlement des chauffages électriques fixes ordonné par le canton d’ici au 1er janvier 2033.

Les recourants s’en prenaient au décret adopté en décembre 2022 par le Conseil d’Etat vaudois sur les modalités d’assainissement des installations fixes de chauffage électrique à résistance. Des installations dont le montage et le remplacement sont interdits depuis 2006 dans le canton.

Choc électrique et deux de ses membres propriétaires de maisons « tout électrique » invoquaient notamment une violation de la garantie de la propriété et l’absence d’un intérêt public prépondérant. En outre, le délai fixé au 1er janvier 2033 violait, selon eux, le principe de proportionnalité.

Dans un arrêt publié mercredi, le Tribunal fédéral balaie ces arguments. Certes, le décret vaudois entraîne une restriction de la garantie de propriété. Mais il n’empêche ni l’achat, ni la vente ni la jouissance du bien immobilier. A côté du remplacement complet du chauffage électrique, il offre aussi diverses alternatives comme l’amélioration de l’isolation ou l’installation de panneaux photovoltaïques.

Chauffages en fin de vie

La 1ère Cour de droit public souligne aussi que le décret prévoit diverses aides aux propriétaires. Enfin, ceux-ci doivent s’attendre depuis une trentaine d’années – avec la révision de la législation fédérale en la matière – à devoir remplacer leurs chauffages qui, de toute manière, arrivent en fin de vie.

Les juges de Mon Repos rappellent aussi que l’obligation de retirer les chauffages électriques imposée par le canton de Zurich a été considérée comme d’intérêt public. En effet, cette mesure poursuit des objectifs prépondérants de protection de l’environnement et d’approvisionnement en énergie. Dans cet arrêt zurichois, le Tribunal fédéral a déjà mentionné les inconvénients de ces installations en termes d’efficacité.

Le démantèlement n’a pas été édicté de manière soudaine et imprévisible par le canton de Vaud, poursuit la cour. Il constitue l’aboutissement d’une procédure entamée en 1990 lorsque le Parlement fédéral a adopté un arrêté soumettant à autorisation l’installation de chauffages électriques fixes à résistance. (arrêt 1C_600/2023 du 26 avril 2024)

Cet article a été publié automatiquement. Source :…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi