fbpx

Cameroun Actuel

Scandale dans le monde de l’édition : la bourse du livre dénonce des manœuvres pour disqualifier son dossier

Le monde de l’édition au Cameroun est secoué par un scandale qui ébranle la confiance dans le processus d’attribution des manuels scolaires pour l’année à venir. Ferdinand Nana Payong, éditeur et promoteur de la Bourse du Livre, a vivement dénoncé ce qu’il qualifie de manœuvres orchestrées pour disqualifier son dossier.

La polémique a éclaté lorsque Nana Payong a révélé publiquement que lors de la remise des offres pour les manuels scolaires, un deuxième appel d’offres avait soudainement émergé, exigeant une multitude de documents supplémentaires. Ces nouvelles exigences, affirme-t-il, étaient impossibles à satisfaire dans le délai imparti de 72 heures, semblant ainsi viser à éliminer certains concurrents du processus de sélection.

Selon Nana Payong, ce document supplémentaire n’était pas signé, ne comportait aucune mention de son auteur, et n’avait jamais été porté à sa connaissance auparavant. Il accuse le président du conseil d’administration d’un manque de neutralité, alléguant même une attitude hostile envers sa propre entreprise.

« Sortir du chapeau une liste d’additifs non signée, sans nom d’auteur et sans cachet, quelques minutes avant la date limite de réception des offres ne garantit pas l’égalité. C’est un manque de courage. Invectiver et menacer un candidat n’est pas une preuve de neutralité, c’est même la triste preuve d’un rejet hostile de notre entreprise. Tout cela est malsain et grotesque », a déclaré Ferdinand Nana Payong dans une interview accordée à la presse.

Ce scandale met en lumière les défis auxquels sont confrontés les éditeurs locaux dans leur tentative de fournir des manuels scolaires de qualité. Les accusations de partialité et de manipulation du processus d’appel d’offres sapent la confiance dans l’intégrité du système éducatif et de ses partenaires.

Les autorités compétentes sont appelées à enquêter rapidement sur ces allégations et à garantir que le processus de sélection des manuels scolaires soit transparent, équitable et exempt de toute ingérence politique ou commerciale. L’avenir éducatif des jeunes générations dépend de la qualité des ressources mises à leur disposition, et toute compromission de ce processus ne peut être tolérée.

En attendant, Ferdinand Nana Payong et d’autres éditeurs concernés continueront de lutter pour faire valoir leurs droits et protéger l’intégrité de leur travail, dans l’intérêt supérieur de l’éducation au Cameroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi