fbpx

Cameroun Actuel

Scandale à la Fecafoot : le transfert du jeune Rony Mimb Baheng bloqué

Rony Mimb Baheng

Au cœur de l’affaire KSA, un nouveau scandale éclate à la Fecafoot, impliquant le transfert du jeune prodige Rony Mimb Baheng. Âgé de 19 ans, ce talentueux joueur, pensionnaire de l’Olympique de Marseille, se retrouve malgré lui pris dans une controverse mêlant son club formateur, la KSA, et la Fédération camerounaise de football (Fecafoot).

Transféré à Marseille, la Fecafoot a tenté d’annuler le transfert de Rony Mimb Baheng, une démarche incompréhensible pour une fédération dont le rôle devrait être de promouvoir les talents à l’international.

Les faits

Repéré par l’Olympique de Marseille en 2023, Rony Mimb Baheng a vu son passeport demandé par le club français à la Fecafoot le 14 juin de la même année. Les informations présentes sur ce passeport indiquaient qu’il est né le 22 avril 2005 et qu’il est titulaire d’une licence de la KSA depuis le 18 mai 2022, des données également confirmées sur la plateforme FIFA-Connect. Le transfert a été enclenché, et le joueur a rejoint l’OM en juillet 2023.

Cependant, une autre demande de licence est apparue mystérieusement sur la plateforme FIFA Connect, inversant l’ordre des noms et prénoms et changeant la date de naissance au 22 avril 2006. La Fecafoot a utilisé cette nouvelle demande pour refuser de délivrer le Certificat international de transfert (CIT) du joueur, malgré les multiples relances de l’OM et de la Fédération française de football (FFF). Pire encore, la Fecafoot a tenté d’annuler le transfert. N’eût été la vigilance de la FFF, cette tentative aurait pu aboutir.

Une gestion rancunière

En conflit avec la KSA, la Fecafoot semble adopter une gestion rancunière, bloquant le transfert et hypothéquant ainsi l’avenir de Rony Mimb Baheng. Rien ne justifie cette démarche qui semble plus relever des querelles avec le club formateur du joueur que d’un souci de conformité.

Il est absurde de suggérer que Rony Mimb Baheng serait coupable de double identité ou de fraude sur l’âge, car cela impliquerait qu’il a volontairement augmenté son âge pour jouer, une pratique contraire à la tendance générale chez les footballeurs.

La seconde demande de licence apparaît clairement comme une tentative de sabotage du transfert. Cette manœuvre ne profite à personne d’autre qu’à ceux qui cherchent à nuire à la carrière du jeune joueur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi