fbpx

Cameroun Actuel

Mandat d’arrêt de la CPI contre Netanyahu pour crimes de guerre

Des avions de combat et des hélicoptères de l’armée israélienne ont mené d’intenses frappes sur la bande de Gaza lundi avant l’aube, au huitième mois de guerre entre Israël et le Hamas. Elle a entraîné un nouveau déplacement de centaines de milliers de Palestiniens.

Alors qu’aucune perspective d’une fin des hostilités n’est en vue, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, est sous pression pour préparer une stratégie pour l’avenir de la bande de Gaza assiégée, dévastée par les bombardements et les combats et menacée de famine.

Dans ce contexte, le mouvement islamiste Hamas a perdu un grand allié à la cause palestinienne, le président iranien Ebrahim Raïssi, tué dans un accident d’hélicoptère dimanche dans le nord-ouest du pays.

C’est sous sa présidence que l’Iran a mené le 13 avril une attaque sans précédent contre Israël, son ennemi juré, lançant 350 drones et missiles, dont la plupart ont été interceptés, en représailles à une frappe meurtrière contre le consulat iranien à Damas.

« Raids ciblés »

Dans le nord de la bande de Gaza, des avions militaires ont mené avant l’aube des frappes sur les quartiers de Zeitoun et Sabra dans la ville de Gaza, et l’une d’elles a touché une maison, selon des correspondants de l’AFP et des médecins. Des hélicoptères ont bombardé le camp de réfugiés de Jabalia, où les combats se poursuivent après que l’armée a dit que le Hamas avait repris pied.

Dans le centre du petit territoire palestinien surpeuplé, les camps d’Al-Bureij et Deir al-Balah (centre) ont été la cible de raids aériens.

Et dans le sud, une frappe a touché une maison dans le quartier Tal al-Sultan, dans l’ouest de Rafah, faisant trois morts et huit blessés, selon des sources hospitalières. Rafah a été également visée par des tirs de la marine israélienne, ont indiqué des témoins.

Selon l’armée, les soldats mènent dans l’est de Rafah des « raids ciblés contre les infrastructures terroristes, éliminent l’ennemi et localisent des ouvertures de tunnels ».

« Pas d’endroit sûr »

Depuis l’ordre d’évacuation de l’armée le 6 mai, à la veille de l’entrée de ses chars dans l’est de Rafah, « environ la moitié de la population de Gaza » forte de 2,4 millions d’habitants, a été « forcée de fuir » à nouveau, a affirmé dimanche Philippe Lazzarini, le patron de l’Unrwa, agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens.

Les déplacés affluent massivement à…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi