fbpx

Cameroun Actuel

Les loyers toujours sur une pente ascendante

L’inflation a repris sa trajectoire à la baisse en avril aux Etats-Unis, après trois mois de rebond. Il s’agit d’une bonne nouvelle pour le président Joe Biden, la hausse des prix étant un enjeu crucial de son duel avec Donald Trump pour l’élection présidentielle.

L’inflation est repartie à la baisse en avril pour la première fois depuis janvier, à 3,4% sur un an contre 3,5% en mars, selon l’indice CPI sur lequel sont indexées les retraites, publié mercredi par le département du Travail. Cette évolution est conforme aux attentes des analystes, selon le consensus de Market Watch.

La hausse des prix à la consommation a également été moins forte sur un mois seulement, à 0,3% contre 0,4% le mois précédent. Ce sont notamment les prix du logement et de l’essence à la pompe qui ont tiré l’inflation en avril, représentant plus de 70% de la hausse.

La hausse des prix à la consommation s’était de nouveau accélérée début 2024, après avoir largement ralenti au cours des derniers mois de 2023. « Les pressions sur les prix restent élevées mais évoluent dans la bonne direction », relève Rubeela Farooqi, cheffe économiste pour High Frequency Economics.

Pour les consommateurs, le ralentissement de l’inflation redonne du pouvoir d’achat. Et cela signifie aussi que la banque centrale américaine (Fed) pourra baisser les taux, lorsqu’elle considèrera que la hausse des prix ralentit durablement.

Cette baisse des taux aura pour effet de rendre le crédit moins onéreux pour les ménages, qui pourront plus facilement acheter un logement ou une voiture, par exemple.

La Fed veut ramener l’inflation à 2%, et privilégie pour cela une autre mesure, l’indice PCE, qui avait aussi accéléré en mars, à 2,7% sur un an. Les données d’avril seront publiées le 31 mai.

Président de la FED prudent

Le président de la Fed, Jerome Powell a estimé mardi que la persistance d’une inflation toujours élevée avait réduit son niveau de confiance quant au fait qu’elle puisse se rapprocher de l’objectif de 2%. « Les chiffres ont été plus élevés que tout ce que n’importe qui anticipait », a-t-il déclaré.

« Ce que cela nous apprend est que nous devons nous montrer plus patients et laisser la politique restrictive faire son effet », a-t-il souligné, ne jugeant cependant pas nécessaire de monter de nouveau les taux, qui sont déjà à des niveaux « restrictifs ».

La Fed avait, le 1er mai à l’issue de sa réunion, acté…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi