fbpx

Cameroun Actuel

Les indépendantistes perdent leur majorité en Catalogne

Les frappes et les opérations au sol meurtrières israéliennes ne connaissent aucun répit dans la bande de Gaza assiégée et menacée de famine. Cette guerre, qui a commencé il y a plus de sept mois, a coûté la vie à plus de 35’000 Palestiniens, a dit le Hamas dimanche.

L’offensive israélienne a dévasté le petit territoire palestinien surpeuplé, où selon l’ONU il n’y a plus « d’endroit sûr » pour les quelque 2,4 millions d’habitants.

Les plus grandes craintes internationales concernent aujourd’hui la ville de Rafah, dans l’extrême sud de la bande de Gaza, et les quelque 1,4 million de Palestiniens qui s’y entassent, en majorité déplacés par les bombardements destructeurs et les combats.

Israël, qui a juré d’anéantir le Hamas, veut lancer une offensive terrestre à Rafah qu’il considère comme le dernier bastion du mouvement dans le territoire palestinien assiégé par son armée depuis le 9 octobre.

Mise en garde de Washington

Mais pour le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken, dont le pays est hostile à un assaut majeur à Rafah, « il restera toujours des milliers de membres armés du Hamas », même avec une telle intervention. Une offensive risquerait de créer « le chaos » et à terme, un retour du Hamas, a-t-il affirmé sur la chaîne NBC.

Selon des correspondants de l’AFP et des témoins, les raids aériens israéliens ont visé plusieurs secteurs du territoire palestinien dont Rafah.

« Des véhicules militaires israéliens ont avancé sur environ 2,5 kilomètres en profondeur » de Rafah, a dit le porte-parole de l’autorité des points de passage de Gaza, Hicham Adwan. L’armée a affirmé que ses troupes poursuivaient des opérations « ciblées » dans l’est de Rafah, et « dix terroristes du Hamas y ont été éliminés ».

Ces dernières 24 heures, au moins 63 morts supplémentaires ont été recensés à Gaza, a indiqué le ministère de la Santé du Hamas. Un hôpital de Rafah a annoncé avoir reçu les corps de 18 personnes.

Villes « en ruines »

Après des ordres d’évacuation émis par l’armée, quelque 300’000 habitants de l’est de Rafah ont quitté le secteur, a dit un communiqué militaire en précisant que les zones à évacuer étaient « le théâtre d’activités terroristes du Hamas ».

Mettant en garde contre « la possibilité de nouveaux crimes atroces » en cas d’offensive à grande échelle à Rafah, Volker Türk, Haut-commissaire de l’ONU aux droits de l’homme, a dénoncé les ordres…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi