fbpx

Cameroun Actuel

Le Français arrêté en Russie travaille pour le HD Centre à Genève

Le Conseil administratif de la Ville de Genève va proposer au Conseil municipal l’ouverture de quatre crédits pour rénover le Bâtiment d’art contemporain. Le montant total des travaux s’élève à près de 66 millions, dont 22 millions de contributions privées de la Fondation Mamco, soit près de 44 millions destinés à la dépollution, à la transformation, au réaménagement et à l’équipement de l’immeuble.

Le BAC est aujourd’hui dans un état de grande vétusté. Les conditions climatiques ne sont pas contrôlées et mettent en péril les ½uvres. L’accueil du public est réduit au minimum, ne proposant ni entrée commune, ni café, ni vestiaire ou librairie, relève le Conseil administratif jeudi dans un communiqué.

Trente ans d’attente

Avec cette demande de crédit, l’Exécutif souhaite proposer aux acteurs phares de l’art contemporain de Genève, que sont le MAMCO, le Centre d’art contemporain (CAC) et le Centre de la photographie de Genève (CPG), un bâtiment assaini, rénové et réaménagé dans le respect de son patrimoine industriel. Il leur permettra de mener à bien leurs missions et d’accueillir généreusement tous les publics au c½ur du quartier de Plainpalais.

Cette réalisation est attendue depuis presque trente ans. Elle a été rendue possible grâce à la libération d’espaces actuellement occupés dans ce bâtiment. Le crédit d’études voté en 2011 a permis d’organiser un mandat d’études parallèles (MEP), remporté en 2021 par les architectes Kuehn Malvezzi Projects GmbH / CCHE Genève SA.

Les travaux de rénovation vont par ailleurs permettre la transition énergétique du bâtiment. Le projet intègrera également une centrale photovoltaïque de 290 m2.

Patrimoine industriel

L’actuel bâtiment d’art contemporain (BAC) occupe partiellement un îlot dont l’affectation industrielle remonte à 1869. Cet ensemble, témoin majeur de l’architecture industrielle du 20e siècle dans le centre-ville, est inscrit à l’inventaire des immeubles dignes d’être protégés depuis 2015.

Propriétaire des bâtiments C et D depuis 1989, la Ville y a installé dès 1994 plusieurs institutions dévolues aux expositions d’art contemporain. Depuis, il n’a fait l’objet d’aucune rénovation majeure.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi