fbpx

Cameroun Actuel

Le Cameroun en campagne pour freiner le tabagisme chez les jeunes avant la Journée mondiale sans tabac

Le ministère de la Santé publique du Cameroun a lancé, depuis le 22 mai, une vaste campagne de sensibilisation visant à réduire l’usage du tabac chez les jeunes. Cette initiative s’inscrit dans le cadre de la célébration de la Journée mondiale sans tabac, prévue pour le 31 mai 2024.

La campagne, qui se déploie dans les dix régions du pays, cible spécifiquement la jeunesse camerounaise. Elle se déroule principalement dans les Centres de soins d’accompagnement et de prévention en addictologie ainsi que dans les Centres multifonctionnels de promotion des jeunes. L’objectif principal est de faire prendre conscience aux jeunes des risques graves liés à la consommation du tabac et de ses produits dérivés, espérant ainsi freiner la courbe croissante de l’épidémie de tabagisme dans cette tranche d’âge.

Selon les données du ministère de la Santé publique, environ 300 000 jeunes camerounais consomment régulièrement du tabac. La campagne de sensibilisation est donc une mesure cruciale pour atténuer cette situation préoccupante. En effet, depuis 2003, les États membres de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ont signé une convention-cadre pour la lutte contre le tabac, reconnaissant les dangers que ce produit psychotrope représente pour la santé des fumeurs et des non-fumeurs.

Cette initiative de sensibilisation s’accompagne des efforts internationaux pour lutter contre l’influence néfaste de l’industrie du tabac, qui continue de se développer au détriment de la santé publique. Le thème retenu pour la Journée mondiale sans tabac 2024 met l’accent sur la protection de l’enfance, en exhortant à « protéger les enfants de l’ingérence de l’industrie du tabac ». Les autorités sanitaires soulignent que la nicotine contenue dans le tabac peut entraîner des problèmes cardiaques, des infections pulmonaires, des cancers et même des hépatites.

En intensifiant la sensibilisation et en mobilisant les jeunes, le ministère de la Santé publique espère non seulement réduire la consommation de tabac chez les jeunes Camerounais, mais aussi encourager une prise de conscience collective sur les dangers du tabagisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi