fbpx

Cameroun Actuel

Lausanne éteint Davos et retrouve le dernier carré

« Une élimination ce soir aurait été catastrophique pour le club et les fans. La pression sur nos épaules était énorme »: Julien Sprunger ne masque pas son soulagement.

Une tout autre issue qu’une victoire lors de l’Acte VII du quart de finale contre Lugano aurait provoqué un tremblement de terre à Fribourg.

Une année après le sacre de Genève-Servette, toute une ville et tout un canton sont, en effet, convaincus que l’heure de Gottéron va enfin sonner. Après quatre finales perdues en 1992, 1993, 1994 et 2013, cette saison 2023/2024 doit être la bonne.

Avec une patinoire comble à chaque match, un gardien – Reto Berra – qui livre parfaitement la marchandise et aussi avec le sentiment que la dernière danse d’Andreï Bykov ne peut pas se conclure autrement que par un sacre, les Fribourgeois sont en mission dans ces séries finales. Ils ont mené à bien la première. Il en reste deux.

Un doublé qui tombe à pic

« Nous avons fait le premier pas », abonde Christoph Bertschy. Auteur d’un doublé jeudi, le transfuge du Lausanne HC est sorti au bon moment de sa boîte après avoir traversé les seize dernières rencontres sans marquer. Christian Dubé veut croire que ses individualités, comme Bertschy jeudi, peuvent à tout moment forcer la décision.

« Nous avons laissé Lugano revenir dans la série en raison de notre manque de discipline, souligne le coach. Mais ce soir, nous avons su faire ce qu’il fallait pour passer. Même si l’on sait que tout peut se produire dans un septième match… »

Christian Dubé le reconnait. Le match de jeudi n’était pas vraiment un match comme les autres dans la mesure où il n’avait jamais composé avec un tel stress durant toute sa carrière d’entraineur. Depuis qu’il est devenu l’homme fort du club en 2015, Christian Dubé n’avait gagné qu’une seule série avec Fribourg, un quart de finale contre Lausanne en 2022. Il a dû imaginer les conséquences sans doute fatales d’une défaite jeudi…

Le poids du public

En demi-finale, Christian Dubé et ses joueurs auront encore l’avantage de la glace si la série devait également se jouer dans un Acte VII. « J’adore notre public, glisse le coach. Il est dur. Exigeant aussi. Mais il nous pousse. » Jeudi, il a encore parfaitement tenu son rôle de sixième homme. « Jouer devant son public le septième match d’une série représente un immense avantage, explique le capitaine luganais Calvin Thürkauf. Nous l’avons vérifié à nos…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi