fbpx

Cameroun Actuel

La pluie freine l’avancée d’un feu près d’une ville canadienne

Nouméa s’est réveillée vendredi dans « une situation plus calme et apaisée », selon le représentant de l’Etat français en Nouvelle-Calédonie. Une école et deux entreprises ont cependant été incendiées après une quatrième nuit de contestation de la réforme électorale.

« L’état d’urgence a permis, pour la première fois depuis lundi, de retrouver une situation plus calme et apaisée dans le grand Nouméa, malgré les incendies d’une école et de deux entreprises », a indiqué le haut-commissariat de la République dans un communiqué.

La nuit de jeudi à vendredi a été « marquée par l’arrivée des renforts envoyés » de la France métropolitaine, a ajouté la même source. Le gouvernement avait annoncé quelques heures plus tôt l’envoi d’un millier d’effectifs de sécurité intérieure, en plus des 1700 membres des forces de l’ordre déjà sur place.

L’armée s’est également déployée pour « sécuriser » les ports et l’aéroport du territoire, désormais sous le régime de l’état d’urgence décrété par le gouvernement mercredi soir.

Mesures maintenues

Même si un début d’apaisement se dessine, le représentant de l’Etat dans l’archipel maintient « les mesures d’interdiction de rassemblement, de transport d’armes et de vente d’alcool, ainsi que le couvre-feu de 18h00 à 06h00 ». Il réitère en outre « son appel au calme ».

Jeudi matin, un deuxième gendarme a été tué à la suite d’un « tir accidentel », a annoncé le ministre français de l’intérieur Gérald Darmanin. Les faits ont eu lieu alors que ce militaire, un adjudant-chef de 45 ans, partait en mission, selon la gendarmerie. Au total, cinq personnes sont décédées depuis le début des émeutes lundi.

La nuit de mercredi à jeudi avait déjà « été moins violente » que les deux précédentes, selon le haut-commissaire Louis Le Franc. Mais la situation sur l’archipel « reste très tendue, avec des pillages, des émeutes, des incendies, des agressions qui sont évidemment insupportables et inqualifiables », avait estimé le premier ministre français Gabriel Attal jeudi après-midi (heure de Paris).

Selon Gérald Darmanin, les forces de l’ordre ont procédé à de nombreuses interpellations et « dix leaders mafieux » de la CCAT, la mouvance indépendantiste la plus radicale, ont été assignés à résidence.

200 millions d’euros de dégâts

Le ministre a par ailleurs dénoncé l’ingérence de l’Azerbaïdjan où plusieurs chefs indépendantistes…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi