fbpx

Cameroun Actuel

Évolution du SMIG au Cameroun : une progression modeste qui suscite des réactions

La CrtvWeb a récemment publié une infographie détaillant l’évolution du salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) au Cameroun au cours des 32 dernières années. Les chiffres montrent une augmentation modeste, avec une progression de moins de 25 000 FCFA sur cette période.

En 1992, le SMIG était de 19 000 FCFA. Trois ans plus tard, en 1995, il a connu une légère augmentation pour atteindre 23 514 FCFA. Cependant, entre 1995 et 2007, aucune augmentation n’a été enregistrée. Ce n’est qu’en 2008 que le SMIG a été revalorisé, augmentant de 4 702 FCFA.

En 2014, une nouvelle augmentation a porté le SMIG à 36 270 FCFA, soit une amélioration de 8 054 FCFA. En 2023, il a été relevé de 5 605 FCFA pour atteindre 41 875 FCFA, puis a augmenté de 2 094 FCFA en 2024 pour atteindre 43 969 FCFA.

Ces chiffres suscitent des réactions vives sur les réseaux sociaux, notamment en raison de la modicité des montants. Certains internautes ont exprimé leur frustration quant à la capacité de ces salaires à subvenir aux besoins de base, surtout dans un contexte marqué par l’augmentation des prix des carburants et de l’inflation sur le marché.

Certains ont même suggéré que les députés et ministres soient payés au SMIG afin de mieux comprendre les défis auxquels sont confrontés les travailleurs. D’autres ont souligné l’insuffisance des salaires pour permettre une vie décente, en particulier dans les grandes villes comme Yaoundé.

Ces discussions interviennent à l’approche de la 138ème édition de la Fête du travail, qui cette année est placée sous le thème du « Dialogue constructif : facteur de promotion du travail décent et de progrès social ». Cela souligne l’importance du dialogue et de la collaboration pour promouvoir des conditions de travail justes et équitables pour tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi