Camerounactuel

CAN 2021 : le Sénégal et l’Algérie s’acharnent sur des épiphénomènes

Sur les 24 délégations présentes au Cameroun dans le cadre de cette Coupe d’Afrique des nations, ces deux pays, au sommet du ranking de la Fifa, dépassés par le verdict du terrain, se fendent en accusations aériennes.

Les Lions de la Teranga, finalistes malheureux de la dernière finale de la Can Total Energies 2019 en Egypte face à l’Algérie, sont véritablement à la peine dans cette compétition. En 3 matchs joués, ils engrangent 2 matchs nuis et une victoire dont l’unique but marqué sur penalty dans des conditions très douteuses contre le Zimbabwe en fin de partie. Au cours de ces matchs, l’équipe tant vantée du Sénégal, présentée pompeusement comme l’équipe favorite de la Can au Cameroun, n’a marqué qu’un maigre but.

Dans cette méforme sur tous les plans du jeu, l’équipe dirigée par Alioum Cissé n’a trouvé d’échappatoires que de s’acharner sur la programmation des maths et sur l’état de la pelouse du stade de Kuekong à Bafoussam. Sadio Mane, la vedette de cette équipe, s’est fendue devant la presse, en accusant la chaleur à 14 heures lors des deux rencontres qu’il a disputées jusqu’ici. Curieuse sortie car de toutes les équipes qui évoluent dans cette poule, le Sénégal est le seul à se plaindre.

Contrairement à lui, alors qu’il estime que la belle pelouse de Bafoussam n’est pas assez arrosée, les autres Nations estiment qu’elle est l’une des meilleures du continent. L’autre curiosité est que l’équipe du Sénégal oublie de dire qu’elle est l’une des mieux logées au cours de cette compétition, recluse dans sa bulle sur les hauts plateaux à l’hôtel Tigidorgarden, dans un climat mi- tropical, mi- tempéré.

Au moment où se joue la dernière journée de poule, le patron de l’équipe a déjà dit sa volonté de continuer dans le cadre de l’Ouest. Devant cette sortie malheureuse de Sadio Mane, El Hadj Diouf est entré dans la danse pour mettre les points sur les « i ».

« Une équipe comme le Sénégal qui ambitionne d’être championne d’Afrique ne doit nullement chercher les excuses sur les heures de matches, que ce soit à 14 heures ou à 10 heures. C’est un faux débat », a-t-il souligné. Le match nul du Sénégal contre le Malawi, avec un penalty donné et refusé aux Malawites, indique clairement que les Lions de la Teranga ne sont pas la foudre de guerre annoncée dans cette compétition.

L’Algérie accuse la pelouse, la lumière et la chaleur

Cette Can a ramené l’Algérie au bas de l’échelle dans l’apprentissage de l’humilité ou du respect des autres équipes. Djamel Belmadi, le coach algérien est arrivé au Cameroun auréolé par le double titre de champion d’Afrique et de la Coupe arabe de la Fifa 2021. D’entrée de jeu, « la modeste Sierra Léone », impose un match nul à l’Algérie.

L’entraîneur des Fennecs monte au créneau et indexe la chaleur torride de Douala, pour un match nul vierge joué à 14 heures à Japoma. Les adversaires du jour n’ont émis aucune accusation, concentrés sur l’objectif. Dans la foulée de ce faux pas, Djamel Belmadi annonce qu’un match nul est désormais considéré comme une défaite pour l’Algérie.

Face au Zalang national de la Guinée Equatoriale, l’autre modeste équipe annoncée, les Algériens tombent de haut, buvant la coupe de l’humiliation jusqu’à la lie. L’entraîneur algérien, comme on se serait attendu, refuse de faire son mea culpa et garde le verbe fort. Il s’entête et s’enlise dans les déclarations fracassantes, accusant pêle-mêle, non plus la chaleur comme au premier match, mais la pelouse et l’éclairage.

Certainement qu’il en avait gros sur le cœur de se retrouver à sa véritable place dans ce tournoi africain où il est arrivé en victorieux désigné. Il s’est donc acharné sur le joyau de Japoma, tirant dans tous les sens comme un forcené, battu et humilié après 35 matchs sans défaite par la Guinée Equatoriale. Le prochain match contre la Côte d’ivoire place le détenteur du trophée de la dernière Can dos au mur.

A Abidjan, on promet que face aux Eléphants, il va à coup sûr choper un Ave avec une défaite cinglante. A défaut de féliciter les infrastructures du Cameroun, certains Etats africains qui ont à peine un stade aux standards de la Fifa et de la Caf, devraient faire profil bas au lieu de laisser des causeurs créer des vaines polémiques.

Le Messager

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles