Camerounactuel

Cameroun : la qualité des services de soins de santé primaires préoccupe

Le faible accès à l’eau potable, l’absence d’une alimentation électrique constante, le mauvais état des toilettes, le manque d’équipement médical de pointe et la pénurie de personnel de santé sont quelques-uns des défis auxquels sont confrontés la plupart des centres de soins de santé primaires (SSP) dans les communautés de base au Cameroun.

Ce sont là quelques-unes des principales conclusions présentées lors du lancement du rapport sur la responsabilité du secteur de la santé par l’organisation civique Actions for Development and Empowerment, ADE, hier 25 janvier à Yaoundé.

La réunion, qui a rassemblé les autorités gouvernementales, les organisations de la société civile et les médias, avait pour but de présenter les principaux résultats de l’enquête menée dans certains centres de soins de santé primaires de six communautés de base dans cinq régions du Cameroun, à savoir les régions du Nord-Ouest, du Centre, de l’Est, du Sud et de l’Extrême-Nord, ainsi que les recommandations visant à améliorer les investissements et à renforcer la responsabilité des centres de soins de santé au Cameroun.

Selon la fondatrice d’ADE, Ndi Nancy Saiboh, certains des défis majeurs dans ces centres de soins de santé primaires sont communs à toutes les régions visitées. Elle exhorte le gouvernement à mettre en place des mesures pour améliorer la qualité de la prestation des services de santé dans les centres de santé dans toutes les communautés de base.

« Certaines des irrégularités que nous avons constatées lors des réunions publiques sont communes à tous les centres de soins de santé primaires. Le personnel n’était pas présent pendant ses heures de travail et nous nous demandons pourquoi il ne fonctionne pas comme il le devrait. Il existe des lois et des règlements qui permettent aux centres de soins de santé primaires d’avoir tous les équipements de base pour fonctionner« , dit-elle.

Selon Bennen Buma Gana, journaliste qui était l’un des panélistes, les médias ont un grand rôle à jouer pour s’assurer que les principales conclusions présentées sont transmises aux autorités concernées pour une meilleure approche de la prestation des services de santé dans les centres SSP au Cameroun. Il a également souligné certaines stratégies qui peuvent être utilisées pour stimuler la communication avec les recommandations formulées.

« Je pense que la communauté devrait être capable de stimuler ses centres de santé. Les conseils devraient être en mesure d’apporter leur soutien aux centres de santé locaux lorsque cela est nécessaire, un numéro vert devrait également être mis à disposition afin de signaler certaines irrégularités…« , a-t-il expliqué.

Certaines des recommandations formulées dans le rapport impliquent un effort collectif de la part du gouvernement, des sociétés civiles et des médias. Le gouvernement a un rôle à jouer pour améliorer la prestation de services et veiller à ce que les travailleurs de ces centres soient tenus responsables.

Les rôles de la société civile et des médias sont d’informer et d’éduquer la population sur l’importance de la contribution communautaire à la santé.

CNA

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Ma vie au quotidien

Les plus lus

Lire aussi

No Content Available