Camerounactuel

Cameroun/Exaction : un policier brutalise à mort le passager d’une moto sans masque de protection

Un policier en service au commissariat du troisième arrondissement d’Ebolowa a bousculé une moto roulant à pleine vitesse. Il voulait sanctionner un passager sans masque le 25 Avril 2020. La situation a faillit dégénéré en une altercation entre mototaximens et policiers.

C’est une matinée du 25 Avril très agitée qu’a connue la ville d’Ebolowa au lieu dit camp police au quartier Mbanga. Le jeune Nkolo Eyenga Franck sortit précipitamment de chez lui vers huit heures sans son masque pour acheter des médicaments à sa grand mère gravement malade a vu la moto qui le transportait bousculée par un policier du troisième arrondissement. Par la violence du choc le jeune Nkolo Eyenga Franck élève au Collège Bonneau d’Ebolowa en classe de terminal littéraire s’est en sortit avec quatre dents arrachées, les deux lèvres broyées, le visage refait.

Pour Nkolo Eyenga Franck accidenté, « je ne sais pas s’il était de service puisque c’était à côté des bars. Il s’est retourné et a voulu attraper la moto par derrière. Le mototaximan a accéléré pour foncer le policier a donc bousculé la moto qui a perdu son équilibre ».

Situation tendue qui a été calmée par le sous-préfet d’Ebolowa I

Cette situation qui a créé la colère des autres mototaximens de la ville d’Ebolowa a failli dégénérer en forte altercation à Ebolowa. Informé le sous-préfet d’Ebolowa I est immédiatement descendu sur les lieux pour calmer les esprits et ramener les uns et les autres à la raison. L’accidenté a été interné à l’hôpital régional d’Ebolowa où il est sous soins intensifs.

Un appel à plus de tolérance

La sensibilisation sur l’observance des mesures barrières contre le covid-19 est une affaire de tous et de chacun. Mais l’application des prescriptions gouvernementales devrait également s’entourer des contours de tolérance et d’humanisme. Raison pour laquelle les autorités administratives de la capitale régionale du Sud ont entamé un début de levée des restrictions.

Selon Akondji Elvis Mbahagwen le sous-préfet d’Ebolowa I, « personne n’est au dessus de la loi. On a exigé au policier de prendre en charge les soins du blessé. Le médecin légiste m’a rassuré que son état est stable ».

Pour l’instant la situation s’est calmée à Ebolowa. Les regards sont de nouveau tourné vers la bataille commune contre le covid-19.

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles

Les plus lus

Lire aussi