Camerounactuel

Affaire Gana Gueye : la Fédération sénégalaise riposte et demande des comptes à la FFF

«De deux choses l’une, soit ces supputations sont infondées et nous vous invitons sans délai à vous exprimer afin de faire taire ces rumeurs. (…) Soit ces rumeurs sont exactes. Dans ce cas, nous vous demandons de prendre conscience de la portée de votre geste et de la très grave erreur commise.» Mardi, le conseil national de l’Ethique de la Fédération française de football (FFF) a adressé un courrier à Idrissa Gueye.

Quelques jours plus tôt, le milieu de terrain du Paris Saint-Germain aurait en effet refusé de prendre part au match contre Montpellier (4-0) car ne souhaitant pas s’afficher avec un maillot prônant la lutte contre l’homophobie, par conviction religieuse. La Fédération sénégalaise de football (FSF) a officiellement apporté son soutien à son joueur jeudi soir et recadré la FFF dans un courrier au titre évocateur : «quand l’éthique se base sur l’hypothétique et le diktat, la liberté individuelle est en péril.»

«C’est avec une grande surprise (et une grande inquiétude sur le traitement de certains joueurs essentiellement d’origine africaine, disons-le clairement) que la Fédération Sénégalaise de Football a pris connaissance de la lettre du 17 mai 2022 portant en-tête de la FFF (Fédération Française de Football) et censée venir de son Conseil National de l’Ethique», débute le courrier.

«S’il est difficile de trouver les bases légales, statutaires ou réglementaires d’une telle démarche dans les textes du football ou du sport en général , sa finalité est par contre claire : contraindre le joueur à faire ce que son libre arbitre ne l’incline à faire. Est-on vraiment dans cette France que l’on nous avait contée et racontée dans nos écoles, celle qui a comme devise la liberté, la fraternité et de l’égalité pour tous ?»

Gueye stigmatisé selon la FSF

La FSF estime que Gueye n’a pas à se justifier, quelle que soit sa réelle position. «Il est un principe élémentaire en droit qui dit que nul ne peut être tenu à apporter la preuve d’un fait négatif. Pourquoi ledit Conseil national d’éthique n’a-t-il pas commencé par demander aux médias français qui ont porté l’accusation d’apporter la preuve de leurs allégations ?», s’est demandé l’instance, avant de tacler la FFF pour son indignation à géométrie variable.

«La suite est sans commentaire car elle traduit en elle-même toute la dimension des préjugés de l’auteur de cette lettre éthique : ‘Nous devons tous nous sentir concernés par toutes les discriminations et pas seulement celles qui nous touchent personnellement.’ Manifestement et inconsciemment, au moment d’écrire sa lettre, le sieur Patrick Anton n’a pas pu s’empêcher de mettre en lien la situation qu’il décrit ou déplore avec la couleur (ou la religion) de Mr Idrissa Gana Gueye.

Ce faisant, s’est-il rendu compte qu’il est en train de stigmatiser le dit joueur en le classant d’emblée et sans son avis dans la catégorie des personnes discriminées ? Ainsi se présente toute la problématique des libertés de nos jours, elles ne sont plus universelles : il y a celles que l’on promeut voire impose, même au forceps s’il le faut, d’autres pour lesquels on détourne la tête et qui ne bénéficieront jamais d’une journée de championnat dédiée malheureusement.»

Des instances saisies ?

La FSF a conclu en haussant le ton : «S’il y a quelqu’un qui doit clarifier sa situation ou faire amende honorable, ce n’est point Idrissa Gana Gueye mais bien Mr Patrice Anton du Conseil National d’éthique de la FFF qui, non content de chercher de la fumée là il n’y a point de feu, est pris en flagrant délit de menaces voilées et de propos discriminatoires». Exprimant sa solidarité envers son joueur, l’instance «se réserve le droit de saisir les instances internationales compétentes dans le domaine du sport ou en matière de droits de l’homme pour que ce qui ressemble à un harcèlement institutionnalisé cesse.» Tendu.

Afrik Foot

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles