fbpx

Cameroun Actuel

Une ventouse au lieu d’une aiguille pour prélever du sang

Les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) sont sur de bons rails. « Ils sont au sommet sur leurs trois missions essentielles: soins, enseignement et recherche », affirme leur ex- directeur général Bertrand Levrat, qui a terminé son mandat fin avril.

« Durant ces onze ans, je n’ai cessé de me demander si j’enverrais les membres de ma famille dans n’importe quel service. En cas de doute, j’intervenais », relève Bertrand Levrat dans une interview de bilan publiée jeudi par le quotidien Le Temps. « Je rends les clés d’un hôpital d’excellence avec des professionnels très engagés », poursuit-il.

L’ancien directeur a le sentiment de laisser un hôpital en meilleur état au moment de partir qu’à son arrivée. « Notamment parce que j’ai donné le goût et l’envie d’entreprendre durant mon mandat. J’ai introduit une culture de l’entrepreneuriat dans l’hôpital: chacun peut réaliser des projets s’il a une bonne idée », raconte-t-il.

Engagement extraordinaire

La crise du Covid a évidemment marqué son ère. « Personne, de l’extérieur, ne peut comprendre ce qu’on a vécu, les décisions qu’il a fallu prendre. A un moment, il ne restait que trois jours d’anesthésiants pour toute la Suisse romande », illustre-t-il.

« Tout le monde s’est engagé de manière extraordinaire: les médecins et les soignants, mais aussi les nettoyeurs, les transporteurs et les cuisiniers. Et cela dans la durée. Il y a eu sept vagues et on a accueilli près de 12’000 patients covid. Comme en Italie, on a été au bord de la rupture. Une telle expérience marque autant qu’elle soude », souligne-t-il.

Et de relever que le « soutien des autorités politiques a été très fort. Nous avons subi des déficits importants, parce qu’on a dû entièrement se mobiliser pour les patients covid au détriment d’autres activités, chirurgicales notamment. C’est ce qui explique l’écart avec le budget. L’Etat a compensé nos pertes, à hauteur de plusieurs centaines de millions de francs ».

Des erreurs

Parmi les autres événements marquants, Bertrand Levrat cite la mort d’Adeline, qui l’a profondément marqué et affecté. « J’étais à la tête des HUG depuis trois mois lorsqu’elle a été assassinée (…).. Je n’ai pas le sentiment d’avoir fait des erreurs, mais je me suis impliqué personnellement. J’ai beaucoup réfléchi à la situation, à ce qu’on aurait pu faire mieux ou différemment ».

Dans…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi