Camerounactuel

Un gisement d’environ 200 000 tonnes de disthène découvert dans la région du Centre

Outre le disthène, servant à la fabrication de céramique à résistance thermique et chimique, d’importants gisements de rutile y ont été aussi découverts.

La région du Centre regorge d’un grand potentiel économique. L’Institut national des Statistiques (INS), dans son Enquête Complémentaire à la quatrième Enquête Camerounaise auprès des Ménages (EC-ECAM 4) publiée le 3 juin 2022, présente les atouts de cette région.

Sur le plan minier par exemple, l’exploration de cette partie du Cameroun a révélé la présence d’importants gisements de rutile et de disthène. « L’exploration minière a permis de découvrir un gisement d’environ 200 000 tonnes de disthène dans la zone d’Otite et de Nanga-Eboko », peut-on lire.

Par ailleurs, le document s’intéresse au lit de la Sanaga qui fourmille d’importants bancs de sables. Ce sable communément appelé « sable Sanaga » est très prisé pour les travaux de construction. Cependant, lit-on, « son exploitation se fait encore de manière artisanale ».

Sur le plan de la flore, « la forêt de la région du Centre est importante de par son étendue, son potentiel et sa biodiversité ». Elle est classée au 3ème rang dans le classement national, après celles des régions de l’Est et du Sud, avec une surface d’environ 25 000 Km2.

« Elle renferme environ 300 espèces commercialisables dont une soixantaine seulement fait l’objet d’une exploitation régulière », note l’INS. A ceci, il faut ajouter les autres produits forestiers (plantes médicinales, plantes nutritives, plantes de service etc.) aux possibilités tout aussi diversifiées qu’importantes. Parmi les essences les plus exploitées dans la Région, on compte : l’Iroko, l’Acajou, le Moabi, le Sapelli, le Bété, le Padouk, le Mouvingui, etc.

De tout ce qui précède, l’Ins indique que le contexte socioéconomique de la région du Centre est marqué par des conditions de vie des populations relativement acceptables. Le secteur de l’emploi est dominé par les activités commerciales, agricoles et piscicoles qui emploient l’essentiel des populations jeune et adulte.

« L’incidence de la pauvreté monétaire est en deçà du niveau national (10 points d’écart). La couverture du réseau mobile y est très répandue », apprend-on.

Dans le domaine des infrastructures routières, le Budget d’Investissement Public a permis de mettre en œuvre les projets de construction de la route Batchenga-Ntui-Yoko-Lena et de la route Nkolessong-Nding qui fait partie du lot n°2 de la route Obala-Batchenga-Bouam. En matière de formation professionnelle, l’Institut des Techniques Agricoles a été créées l’Ecole Pratique d’Agriculture de Binguela a été réhabilitée.

Rappelons que le Deuxième Recensement Général des Entreprises (RGE2) réalisé en 2016, faisait état de ce que la région du Centre sans Yaoundé comptait 6 684 entreprises/établissements. Ces entreprises/établissement étaient réparties de la manière suivante : 12 dans le secteur primaire, 929 dans le secteur secondaire et 5 743 le secteur tertiaire.

Ces entreprises employaient 15 491 travailleurs permanents. En milieu urbain, un peu plus de la majorité des emplois sont concentrés dans le secteur informel non agricole. Par contre, en milieu rural, trois travailleurs sur cinq exercent dans le secteur informel agricole.

Quel que soit le sexe, la majorité des personnes exerce dans l’informel agricole, suivi du secteur informel non agricole. Le secteur d’activité qui concentre 8 le plus d’actifs occupés est celui des services (38,2%) en milieu urbain, et le primaire en milieu rural (64,9%).

L’Economie

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles

Lire aussi

No Content Available