Camerounactuel

Traitement du Covid-19 : plus de 700 malades guéris

786 malades guéris, 56 décès sur plus de 1600 contaminés. La lutte contre le coronavirus porte des fruits, toutefois, il ne faut pas négliger les gestes barrières.

Même si les nouvelles sont bonnes au Cameroun avec 786 personnes guéries du coronavirus sur plus de 1600 contaminés, la vigilance doit rester de mise pour limiter les nouvelles contaminations et éviter les réinfections. En effet, au Japon et en Chine, des patients guéris de l’infection de Covid-19 ont été testés positifs au virus Sars-CoV-2. La grande problématique demeure, ont-ils été réinfectés ?

C’est la question qui se pose après le cas d’une japonaise testée positive au Coronavirus plusieurs semaines après sa guérison et sa sortie de l’hôpital. Plusieurs cas similaires ont également été rapportés en Chine. Ces patients ont-ils été réinfectés, ou alors étaient-ils toujours porteurs du virus ? Les spécialistes semblent pencher pour la deuxième hypothèse.

Le virologue américain Florian Krammer, à la Icahn School of Medecine at Mount Sinai (Etats-Unis) a récemment déclaré dans le New York Time : «Je ne dis pas que la réinfection ne peut pas se produire et ne se produira jamais. Mais dans ce court laps de temps, c’est peu probable. Même la plus légère des infections devrait laisser au moins une immunité à court terme contre le virus chez le patient en convalescence »

Un avis partagé par le Dr. Marina Karmochkine, médecin en immunologie clinique à l’hôpital Georges Pompidou à Paris. « Les anticorps conférés par cette infection vont avoir une capacité protectrice sans doute de quelques mois », explique-t-elle à BFMTV. Elle précise néanmoins que cette capacité protectrice n’est pas la même que celle que l’on obtient avec un vaccin et qu’il est encore tôt pour avoir suffisamment de recul sur la question.

En revanche, Dr. Benjamen Davido, infectiologue français à l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches (Hauts-de-Seine), explique que « les cas particuliers des patients infectés guéris cliniquement et qui développent à nouveau les symptômes, devraient être à nouveau dépistés.

Mais à priori ils ne la développent pas une seconde fois. Cela peut être dû à un autre virus saisonnier classique, ou encore être une conséquence d’une forme sévère de coronavirus, qui peut provoquer dans un deuxième temps une surinfection pulmonaire.

A priori, on ne peut pas attraper deux fois le Covid-19, sauf si on est immunodéprimé ». L’explication de ces cas testés positifs plusieurs semaines après leur guérison pourrait donc être tout autre. Certains experts suggèrent que l’organisme de ces patients contenait toujours une faible quantité de virus que les tests n’ont pas réussi à détecter.

Car un « test négatif ne veut pas dire avec certitude qu’il n’y a plus de virus chez cette personne », rappelle Marc Lip-sitch, épidémiologiste au Havard TH Chan School of Public Health (Etats-Unis). En cause, la zone visée par le prélèvement qui peut ne pas contenir de virus au moment du test, ou encore un stockage des échantillons à une température non adaptée, qui peut entraîner la détérioration du virus.

Source: Cameroon Tribune

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles