Camerounactuel

Télédistribution : les prix en hausse depuis le 9 mars 2020

Depuis le 9 mars dernier, l’incidence de 12% de droit d »accises a été appliquée, entraînant une hausse de 500 à 5 000 F en fonction des bouquets.

Comme annoncé, les prix des bouquets Canal Sat ont effectivement augmenté, depuis le 9 mars dernier. Dans l’une des boutiques de l’opérateur au marché central à Yaoundé, Ibrahim Boukar et Ahmadou Bako ont été pris au dépourvu.

Venus souscrire un abonnement, ils ont dû rebrousser chemin. Le bouquet le moins cher coûte 5 500 F au. lieu de 5 000 F. Celui de 10 000 F est passé à 11 500 F. Le bouquet de 12 000 F connaît une augmentation de 1 500 F et coûte désormais 13 500 F. Les bouquets de 20 000 F et 40 000 F coûtent à présent 22 500 F et 45 000 F respectivement.

Une situation que détaille Jessica Menounga, la gérante : « L’abonnement a augmenté. Au lieu de payer 25 000 F, il faut désormais 26 500 F minimum. Soit la plaque à 10 000 F, l’installation à 5 000 F et le bouquet évasion de 11 500 F, exigé pour tout nouvel abonnement ».

L’augmentation oscille autour de 12% sur chaque service

Une mesure qui fait suite à la la loi de finances 2020, contraignant les opérateurs de télédistribution à payer les droits d’accises sur leur activité. Toutefois si Canal Sat a décidé d’imputer ces droits aux abonnés, ce n’est pas le cas de tous les opérateurs. Chez Creolink, les tarifs restent inchangés, comme assurait déjà Joseph Mbock, directeur général, il y a quelques jours. L’opérateur TNT Africa n’affiche pas également changement de prix, tout comme Free Africa.

Côté consommateurs, on dénonce cette augmentation, ce d’autant plus que la qualité du service n’est pas toujours bonne, explique la note d’information signée d’Hervés Eyalla Saba, président exécutif du Réseau national des consommateurs du Cameroun, le 5 mars dernier. Dans la note, il met en garde le directeur général de Canal+ Cameroun et l’invite « à surseoir à l’augmentation, à régler le problème lié aux coupures en cas de léger vent ou de pluie et à rendre gratuites les chaînes nationales camerounaises ».

Au milieu de cette incertitude, d’autres opérateurs en profitent pour davantage se faire connaître auprès des consommateurs. Sur les réseaux sociaux, les publicités se multiplient. Aux plaintes des usagers, les commentaires suggèrent des offres variant de 2 000 à 20 000 F au plus.

Source: Cameroon tribune

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles