Camerounactuel

Séquestration des U17 : comment Eto’o a obtenu la libération des bébés Lionnes

En séjour en Tanzanie avec les Lions séniors, le président de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) a obtenu la libération des 9 joueuses et encadreurs de la sélection U17 féminin, encore bloqués à Zanzibar, après leur défaite face à l’équipe locale dimanche dernier. Le reste de la délégation regagne le pays ce jeudi dans le même vol que les poulains de Rigobert Song qui affronte le Burundi dès 14h.

Eto’o peut ! Qui dit mieux ? Bien loin d’un slogan publicitaire pour éveiller les sens et grossir le portefeuille client, cette boutade résumé parfaitement le dénouement de l’abracadabrantes que histoire de séquestration de certaines joueuses de la sélection nationale féminine U-17. Présentes à Dar Es Salam pour livrer le match retour face à la sélection tanzanienne dans le cadre de ta campagne éliminatoire de la Coupe du monde de leur catégorie prévue en Inde, les bébés Lionnes, reviennent de l’enfer.

Leur sauveur n’est autre que Samuel Eto’o, le nouvel homme fort de l’exécutif de la Fécafoot qui a pesé de tout son poids et joué la carte de la diplomatie (payante) pour obtenir la libération de ces pauvres joueuses, séquestrées dans un hôtel comme de vulgaires escrocs au motif que 7 joueuses et un encadreur ont été déclarés positifs au Covid-19.

Des résultats qui ont laissé planer le doute sur leur authenticité quand on sait que ta commission médicale comme le prescrit te règlement Fifa, a rassuré après test, les officiels de ce que les pouliches du coach Stéphane Ndzana son « clean ».

Altercation

Comme si cela ne suffisait pas, « des policiers Tanzaniens en civil ont essayé manu militari de mettre en quarantaine tes footballeuses de l’équipe du Cameroun dans une cellule. Heureusement, ils se sont heurtés à une vive opposition des membres de la délégation camerounaise et l’altercation a failli tourner au vinaigre. C’est pendant ces mouvements que des joueuses camerounaises ont été brutalisées », rapportait une source introduite à la Fécafoot, citée par nos confrères du site Camfoot. De quoi faire vivre un enfer à nos jeunes joueuses qui n’ont pas fini de ruminer la pilule amère de leur élimination pour le rendez-vous indien.

Arrivé comme le Messie dans le même vol qui a transporté les Lions indomptables Séniors, attendus ce jour pour affronter la sélection des Hirondelles du Burundi dans le cadre de la 2eme journée des éliminatoires de la prochaine Coupe d’Afrique des nations (Can) prévue en Côte d’ivoire, le président de la Fécafoot a obtenu des autorités tanzaniennes leur retour au pays bien avant la fin de la quarantaine qui leur a été imposée. C’est du moins l’information rendue publique par le site officiel de l’instance faitière du football camerounais qui suivait minute by minute, le déroulé de cette tumultueuse opération de sauvetage.

Je rentre avec mes filles !

« Samuel Eto’o a quitté Ramada Hôtel très tôt dans ta matinée de mercredi pour voler au secours de ses « filles ». Après moins de 30 minutes de vol, il est arrivé à Zanzibar peu avant 13h. Aussitôt, il a pris la direction de Ngalawa où deux appartements ont été mis à la disposition de nos bébés Lionnes pour ta quarantaine. A l’arrivée du président, l’émotion était à son comble, certaines n’ont pas pu retenir leurs larmes quand elles ont aperçu Samuel Eto’o qui n’avait pas annoncé sa venue ici. Les responsables de l’hôtel organisent rapidement un conclave », lit- on sur fecafoot-officiel.com.

C’est que la simple présence du numéro 1 de ta Fécafoot a fait tâche et a fait bouger les lignes puisque, apprend-on, en lieu et place des raisons pour justifier ce qui s’apparente à un « kidnapping », chacun essayait plutôt de se dédouaner.

Informé, le président de ta Fédération de football de Zanzibar débarque sur les lieux. Son tête-à-tête avec le quadruple Ballon d’Or africain est convivial, mais la position du patron du football camerounais est claire : « je rentre avec mes filles au Cameroun ».

Délivrance Plus qu’une injonction, un engagement ferme de celui qui a juré en décembre 2021, de redonner au sport roi camerounais toute sa grandeur. Finalement, « on est rejoint à l’hôtel par un haut responsable de Zanzibar qui discute longuement avec le numéro un de l’instance faîtière du football camerounais. Le président ira en personne annoncer la bonne nouvelle aux filles – on rentre au Cameroun demain », rapporte le site de la Fécafoot. Une délivrance ou mieux, un ouf de soulagement pour les joueuses retenues captives dans un pays étranger et pour des raisons des plus sordides. Trêve de négociations et de pourparlers. Les filles rentrent au bercail. Le président a parlé !

Après le match contre le Burundi à Dar es Salaam ce jeudi, le vol spécial fera escale à Zanzibar pour récupérer nos compatriotes et prendre la direction du Cameroun. Le voyage sera certainement plus plaisant si les Lions indomptables réussissent à administrer une déculottée aux Burundais. Cette victoire aura non seulement un goût de revanche après ta désillusion des filles dimanche mais aussi un autre fait d’armes à ranger .dans les actions salvatrices d’Eto’o, le libérateur. Rideaux i

Le Messager

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles