Camerounactuel

Route Ebolowa – Akom II – Kribi : démarrage imminent des travaux

Le Mintp Emmanuel Nganou Djoumessi a signé mercredi 23 mars, avec l’entreprise ICM Construction Ltd, le contrat pour la construction de cet itinéraire.

Les travaux de construction de la route Ebolowa-Akom II-Kribi dans la région du Sud et longue de 179,28 km, vont démarrer dans les semaines qui viennent. Mercredi 23 mars, le ministre des Travaux publics (Mintp), Emmanuel Nganou Djoumessi et le Directeur Afrique de l’entreprise italienne ICM Construction Ltd, Roberto Costantini, ont signé le contrat pour l’exécution des travaux. Le ministère des Travaux publics est le maitre d’ouvrage du projet des travaux de construction de cette route ainsi que les voies de contournement Ebolowa-Akom II (81.60Km) contournement d’Ebolowa (1.4km) bretelle d’Akom II (4km) Akom II-Kribi (80Km) contournement de Kribi (12,3Km).

Ce projet hautement stratégique aux côtés du port en eau profonde de Kribi, porte sur une enveloppe financière d’environ 168 milliards de F (160 milliards pour les travaux proprement dits; 6 milliards pour le Bureau d’études techniques et 2 milliards pour le contrôle géotechnique desdits travaux). En sa qualité de Maître d’ouvrage, le Mintp a prescrit la mobilisation de l’entreprise ICM Construction Ltd sur le terrain pour démarrer les travaux qui per- mettront de relier Ebolowa, chef-lieu de la région du Sud, à Kribi, chef-lieu du département de l’Océan et terminal maritime, en passant par la riche zone forestière, agricole et piscicole du pays.

Courroux des populations

La signature du contrat entre l’État du Cameroun et l’entreprise italienne, inter- vient six mois après le blocage par les populations riveraines, de près de 60 km pendant 48 heures entre les villages allant de Mvila-Yeminsem à Aloum. Il aura fallu une descente d’une délégation des membres du gouvernement constituée du ministre de l’Enseignement supérieur, Jacques Fame Ndongo, de son collègue de l’Eau et de l’Énergie, Gaston Eloundou Essomba, et du gouverneur de la région du Sud, Félix Nguélé Nguélé, pour faire lever les barrières érigées sur la Nationale N°17.

Une pression, estiment des observateurs, qui a poussé le gouvernement à inscrire la construction de cette route parmi les pro- jets à lancer en 2022. En effet, en décembre 2021 lors de son passage à l’Assemblée nationale, à l’occasion de la session budgétaire, Emmanuel Nganou Djoumessi avait fait l’économie des projets routiers qui devraient bénéficier d’une attention particulière en 2022. Parmi ces projets, figurait bel et bien la route Ebolowa-Akom II-Kribi.

« Les choses ont retardé à cause de la complexité du montage financier mais surtout pour la pandémie qui a bouleversé notre monde et qui n’a pas permis un avancement normal du dossier », explique une source au sein de l’entreprise italienne ICM CMC.

Concrètement, renseigne-t-on, c’est la question des taux d’intérêt qui était le principal point d’achoppement. « Les conditions de financement, après négociation assez difficile, ont été acceptées par le gouvernement, puisqu’ils étaient conformes aux taux demandés », explique une autre source proche du dossier, sans donner plus de précisions sur ledit taux.

Deux marchés de gré à gré

Signalons que ce projet routier qui polarise toutes les attentions tant du côté des populations riveraines que du côté de l’élite locale, a été attribué à ICM-CMC à la suite de la visite d’État effectuée par Paul Biya du 20 au 22 mars 2017 en Italie. Cette route permettra entre autres de renforcement de l’unité nationale par l’établissement des liaisons permanentes avec les autres régions du Cameroun, de désenclaver la région du Sud, et de faciliter les mouvements des biens et personnes dans une zone à fort potentialité agricole.

Rappelons par ailleurs qu’en fin de mois dernier, Emmanuel Nganou Djoumessi a adressé une correspondance au secrétaire général de la présidence de la République dans laquelle il constatait des lenteurs dans le projet, notamment sur le volet relatif à la maîtrise d’œuvre. Le maître d’œuvre ici représente l’entreprise qui est chargée par le maître de l’ouvrage (Mintp) d’assurer la conformité architecturale, technique et économique de la réalisation du projet objet du marché, et de l’assister lors des opérations de réception ainsi que pendant la période de garantie.

Dans sa lettre, le Mintp sollicitait le passage de deux marchés de gré à gré avec le Groupement BET DAR Group/Ecta-Btp et le Labogenie, respectivement pour les maîtrises d’œuvre technique et géotechnique des travaux de ce projet routier. Selon nos informations, les travaux de cette route devaient en principe démarrer en 2021 pour une durée prévisionnelle de 30 mois, mais à cause des nombreux retards accusés dans le processus de mobilisation des financements, le chantier a été repoussé à plusieurs reprises.

Le Messager

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles

Les plus lus

Lire aussi