fbpx

Cameroun Actuel

Roche: avis positif pour une version sous-cutanée d’Ocrevus

En remportant l’acte VI de la finale à Malley samedi soir (5-3), Lausanne s’est donné le droit de rêver au titre. Tout se jouera mardi soir à Zurich dans une finalissima qui promet.

Plus qu’une marche. La dernière. La plus difficile à gravir. Mais aussi probablement la plus excitante, celle que tout joueur ambitionne de vivre dans une carrière. Mardi à Zurich, cela sera quoi qu’il arrive la dernière manche du championnat et comme dans Highlander, il ne pourra en rester qu’un.

Pour parvenir à cette conclusion, il a fallu que le LHC renverse une troisième fois le « Z » à domicile. Durant cette finale, le LHC a profité à plein de son public. Samedi, tout a tourné en sa faveur, malgré une frayeur en fin de match. Suomela a ouvert la marque après cinq minutes. Puis dans le tiers médian, les Lions de Malley ont rugi comme jamais. Ils ont ainsi marqué quatre buts sans réplique et ont vu une réussite annulée pour une obstruction sur le gardien. Marc Crawford, le coach zurichois, a préféré reposer son titulaire Simon Hrubec à la suite du 4-0 vaudois.

Ne rien changer

Le LHC a contraint Zurich à faire des erreurs. Les Vaudois ont mis de l’intensité dans leur jeu et les joueurs de Crawford ont parfois précipité leurs gestes, d’où certaines erreurs. Mardi, la situation sera tout autre. Le coach zurichois aura le dernier changement de ligne et la possibilité de choisir quel quintette envoyer. On ne sait pas si Yannick Weber, Rudolfs Balcers et Yannick Zehnder, absents samedi, pourront être sur la glace. Mais Zurich possède assez de joueurs pour faire face à ces problèmes avec notamment Scott Harrington en défense.

« On n’aura rien à perdre, assène Damien Riat, double buteur lors de ce match VI. On ne va rien faire de différent, il faudra jouer le même jeu qu’à la maison. Il nous reste une étape. On n’a encore rien fait. » Interrogé sur ce qui lui est passé par la tête au moment du 2-0, l’attaquant genevois n’a pas trouvé les mots: « C’était malade avec cette ambiance, je ne réalise pas encore. »

Confiance en chacun

Ce que le numéro 9 des Lions lausannois réalise en revanche, c’est le chemin parcouru depuis le début de la saison. « Jamais je n’aurais cru à une telle issue lorsqu’on a commencé au mois de septembre, confie-t-il. On est monté crescendo au cours de la saison. Et depuis le début, notre état d’esprit fait notre force. On est une équipe. Quand on est face au mur, on sait…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi