fbpx

Cameroun Actuel

Qui est Azzedine Ounahi, le milieu de terrain d’Angers qui régale les Lions de l’Atlas

Le Maroc se prépare à affronter la France en demi-finale de la Coupe du monde 2022, mercredi au Qatar (20h). Dans leur quête de troisième étoile, les Bleus devront se méfier d’Azzedine Ounahi, le milieu de terrain d’Angers (22 ans), sensationnel avec les Lions de l’Atlas depuis le début de la compétition.

Il porte le n°8 comme Andrés Iniesta. Mais il n’a pas fait de sentiment à l’heure d’éliminer la nation de son idole. Azzedine Ounahi a même rendu une sorte d’hommage à l’ancien magicien du Barça en sortant une masterclass contre l’Espagne, en huitième de finale de la Coupe du monde 2022 (0-0, 3 tab à 0). De quoi bluffer Luis Enrique, le désormais ex-sélectionneur de la Roja, qui a demandé « d’où sortait ce gars qui jouait si bien » en conférence de presse. Après sa démonstration, le milieu de terrain du Maroc a encore élevé le niveau lors de la victoire en quart de finale face au Portugal (1-0). Au milieu d’une équipe au bord de la rupture, la langue tirée et les jambes lourdes, le joueur de 22 ans a enchaîné les courses jusqu’au coup de sifflet final. Avec une résistance assez bluffante.

A se demander s’il avait vraiment besoin de se reposer avant d’affronter l’équipe de France en demi-finale, ce mercredi au stade Al-Bayt d’Al-Khor (20h), à une cinquantaine de kilomètres au nord de Doha. Après un début de Mondial timide, Ounahi est monté en puissance au fur et à mesure du tournoi. Jusqu’à atteindre un niveau exceptionnel pour accompagner les Lions de l’Atlas dans leur épopée historique. Un automne de rêve pour le milieu de terrain d’Angers, qui a su s’imposer en Ligue 1 depuis son arrivée au bord de la Maine à l’été 2021.

Le dribbleur le plus efficace de L1 derrière Messi

Aux côtés de Sofiane Boufal, le natif de Casablanca fait parler son aisance technique, sa vista et son volume de jeu sous le maillot du SCO, avec lequel il a participé à 14 rencontres cette saison. Dans une équipe à la dérive, qui vient d’enchaîner sept défaites de rang et occupe la dernière place du classement (sachant que quatre formations descendront en fin de saison), Ounahi surnage chez les Angevins. Et parvient à briller dans le marasme ambiant. Capable de courir près de 14km dans un match, c’est le joueur de L1 qui a réussi le plus de dribbles lors de la première partie de championnat derrière… Lionel Messi.

C’est dire le talent qui se cache dans les crampons de ce droitier filiforme, sublimé par le schéma tactique de Walid Regragui et l’envie de régaler son pays au Moyen-Orient. Issu d’une famille initiée au ballon rond, « Azz » (son surnom) a appris à manier le cuir dans les rues de « Dar al-Bayda », face à l’océan Atlantique.

A l’ombre de la mosquée Hassan II. Formé au Raja Casablanca, puis à l’Académie Mohammed VI, par laquelle sont notamment passés Nayef Aguerd ou Youssef En-Nesyri, il a longtemps souffert de son manque d’épaisseur. Aujourd’hui encore, Ounahi affiche un peu plus de 60kg sur la balance, pour 1,82m. Un physique particulièrement frêle qui l’oblige à adapter son jeu; en utilisant son endurance naturelle et sa finesse technique.

Un passage salutaire en National

Trois mois après sa majorité, il a quitté son fief marocain pour changer de continent et débarquer en Alsace, sous les couleurs de Strasbourg. En juillet 2018, quelques jours après le sacre des Bleus à la Coupe du monde. Mais il n’a pas réussi à convaincre Thierry Laurey, qui l’a laissé à disposition de la réserve du Racing, en National 3.

Deux ans plus tard, Ounahi a alors retrouvé la côte Atlantique (nettement plus au nord) en s’engageant avec l’US Avranches en août 2020. Un peu à contrecœur. Dans la Manche, le Casablancais s’est frotté à la virilité du National. Et il en a profité pour fluidifier son jeu, en améliorant ses déplacements et sa vitesse d’éxecution. Avec le cerveau plutôt que les muscles.

« Je pense que son passage à Avranches lui a fait un grand bien sur cet aspect-là, car il a pu avoir du temps de jeu et s’adapter à l’exigence athlétique du haut niveau », a expliqué à So Foot Abdelouahed Zamrat, son ancien éducateur à l’Académie Mohammed VI. Fort de cette expérience à l’échelon inférieur, Azzedine Ounahi est arrivé à Angers avec envie et détermination. Il a d’ailleurs marqué dès sa première apparition en Ligue 1 face à l’OL, après avoir remplacé Boufal (3-0). De quoi convaincre Gérald Baticle de lui octroyer un vrai rôle au sein de son effectif. Et Vahid Halilhodzic de l’appeler en équipe du Maroc.

Une soirée inoubliable face au Congo

Le sélectionneur bosnien l’a convoqué pour la première fois en début d’année afin de participer à la CAN 2022 au Cameroun. Et il l’a titularisé dès le premier match face au Ghana (1-0), avant de le lancer à nouveau contre le Gabon (2-2). Sur le banc lors du 8e face au Malawi (2-1), puis en quarts face à l’Égypte, il a observé ses coéquipiers chuter face aux partenaires de Mohamed Salah (2-1, ap).

Avant d’être à nouveau remplaçant deux mois plus tard au Congo, lors du barrage aller de la Coupe du monde 2022. Après le nul de Kinchasa (1-1), Ounahi a été l’un des grands hommes du match retour. Dans la fournaise du stade Mohammed V de Casablanca, le milieu de terrain a sorti une prestation XXL dans sa ville natale, avec un doublé et une passe décisive (4-1). De quoi permettre aux Lions de l’Atlas de valider leur ticket pour le Qatar.

Depuis cette soirée enivrante, « Azz » a disputé les onze matchs de l’équipe du Maroc (dix comme titulaire). Dans la continuité d’Halilhodzic, Regragui en a fait l’un de ses hommes de base, aux côtés de Sofyan Amrabat, phénoménal dans l’entrejeu. Ses crochets courts, sa vista, son coup d’œil et sa protection de balle font un bien fou à l’équipe maghrébine depuis le début du Mondial. Et les performances de l’international aux 15 sélections (2 buts, 2 passes décisives) ne passent pas inaperçus.

Un prochain départ d’Angers?

Alors que son contrat (prolongé l’été dernier) court jusqu’en 2026, Angers a bien conscience qu’il sera difficile de conserver son joyau, dont la valeur est actuellement estimée à 3,5 millions d’euros par Transfermarkt (mais qui devrait rapidement augmenter). « C’est quelqu’un qui est pétri de talent, a confié sur RMC Saïd Chabane, le président du SCO. Quand on le regarde physiquement, on se dit qu’il ne va pas aller loin mais il a un coffre, il court beaucoup, il a un toucher exceptionnel, une bonne vision. Donc non, ça ne m’étonne pas ce qu’il fait en ce moment. Quand il a des espaces et qu’il arrive à s’exprimer, il fait ce qu’il veut du ballon. »

Beaucoup l’imaginent désormais évoluer au niveau supérieur dans les années à venir. Pourquoi pas dès cet hiver? S’il revient à Angers, Azzedine Ounahi retrouvera un nouveau visage sur le banc. Après l’éviction de Gérald Baticle, le club a confié les rênes de l’équipe première à Abdel Bouhazama, qui était à la tête du centre de formation et de la réserve jusqu’à présent.

« Il va être de plus en plus décisif. Je pense sincèrement qu’il pourrait aller dans un club prestigieux et être au niveau rapidement, mais c’est un garçon qu’il faut protéger. Il faut le laisser travailler et le laisser progresser », a expliqué à So Foot Frédéric Reculeau, son ancien coach à Avranches. Avant de trancher la question de son avenir, le n°8 des Lions de l’Atlas va tenter de se rapprocher du Graal au Qatar. En jouant un mauvais tour aux Bleus. Pour marcher un peu plus sur les traces d’Andrés Iniesta, unique buteur de la finale 2010 face aux Pays-Bas (1-0, ap)…

RMC Sport

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Dernières nouvelles

Ma vie au quotidien