Camerounactuel

Projet China Aid : plus de 1 290 personnes aux petits soins

Le projet destiné aux réfugiés et aux personnes déplacées à l’intérieur du pays en raison du conflit dans le bassin du Lac-Tchad ou de la détérioration des conditions climatiques faisait partie du portefeuille d’activités du PAM au Cameroun.

D’avril 2021 à février 2022, le projet Chine Aid a lancé le ciblage des personnes bénéficiaires dans les 10 régions du pays. Ils étaient choisis dans 347 collectivités territoriales décentralisées (Ctd) du Cameroun. Selon l’unité de gestion du projet, le montant de l’enveloppe pour la durée (01 an) du projet était de 3 millions Usd, soit environ (1 884 897 900 Fcfa), pour 172 000 personnes afin de réduire les inégalités en matière de protection sociale.

« Ce sont les personnes en situation de pauvreté chronique ou des ménages qui ont connu des chocs liés à l’insécurité aux inondations et à la sécheresse. Il faut préciser que les pauvres, chroniques au sens du projet China Aid sont des personnes vivant dans une situation telle que, si les autorités publiques ne font rien pour eux, ils vont rester pauvres de génération en génération. Le projet était dont là pour couper ce lien de pauvreté intergénérationnelle », a indiqué Wanja Kaaria, représentante et directrice pays du Programme alimentaire mondial au Cameroun.

Mis en place en avril 2021, le projet dans son objectif principal, celui de venir en appui aux ménages en situation de pauvreté chronique dans cette localité, pour leur permettre d’améliorer leur condition de vie et de résister aux chocs qui pouvait en découler, a encadré à ce jour 129 039 personnes vulnérables contre 172 000 personnes initialement prévues.

Néanmoins, pour la période 2021-2022, les statistiques en nature sur ce registre renseignent que, plus de 2 285 tonnes métriques de sorgho ; 1100 tonnes de riz et 60 tonnes de sel iodé ont été achetées puis distribuées aux communautés et marchés locaux.

Lors de la mission de supervision du projet achevé en février 2022, le ministre de l’Agriculture et du développement rural (Minader) et son homologue de l’Education de base (Minedub), pour le gouvernement camerounais indiquaient que les résultats obtenus sont au-delà des attentes. Sur à peu près 51 % de femmes visées au départ, 52 % ont été atteintes.

Insécurité alimentaire

A en croire notre source au Pam, entre 2018 et 2021, la valeur ajoutée des programmes de ce lauréat du prestigieux prix Nobel de la paix 2020 au niveau de l’économie camerounaise s’est chiffrée à 110 millions de dollars, soit (69 112 923 000 Fcfa).

Cependant, les progrès sur la voie de la réalisation des Objectifs de développement durable (Odd) tracés par la Snd30 d’ici à 2030 sont mitigés. Selon le rapport 2020 sur l’indice et les tableaux de bord des Odd en Afrique, le Cameroun s’est classé au 26ème rang sur 52 pays africains en 2020. La situation en matière de sécurité alimentaire varie d’une région à l’autre et au sein d’une même région.

Entre 2017 et 2021, les taux d’insécurité alimentaire ont augmenté dans huit (08) régions du pays. Et ce, dans des proportions particulièrement préoccupantes dans plusieurs régions touchées par des conflits, comme celle du Littoral (de 5,9% à 25,1 %), du Nord-Ouest (de 18,1%à40%) et du Sud-Ouest(de12,8%à30,7 %). En bref, le Cameroun, fait face à un « triple fardeau » de malnutrition (retard de croissance, anémie et surpoids) chez les femmes et les enfants.

Le Messager

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles