fbpx

Cameroun Actuel

Postfinance accuse une baisse de régime au 1er trimestre

La croissance du produit intérieur brut (PIB) suisse devrait être pénalisée par la faible conjoncture dans la zone euro cette année. En revanche, l’inflation devrait rester dans la cible de 0% à 2% de la Banque nationale suisse, anticipent les économistes d’UBS.

La croissance du PIB devrait atteindre 1,3% cette année, puis 1,5% en 2025, les experts de la banque aux trois clés pariant sur une amélioration de la conjoncture européenne qui devrait soutenir l’industrie helvétique.

« L’inflation suisse a nettement diminué au cours des 12 derniers mois, car les prix des aliments et de l’énergie se sont stabilisés et il y a eu peu d’effets de second tour », souligne mardi le rapport. Ces effets, soit des hausses de salaires entraînant à nouveau des augmentations de prix, ne sont pas prévues de manière marquée pour les prochains trimestres. Les spécialistes d’UBS anticipent ainsi une inflation de 1,2% en 2024, puis de 1% en 2025.

Deux baisses de taux de la BNS

UBS prévoit que la Banque nationale suisse (BNS) abaissera son taux directeur de 25 points de base en juin comme en septembre, pour le porter à 1,00%, contre 1,50% actuellement. Cette prévision « suppose que l’inflation restera confortablement dans la fourchette cible et que la croissance économique devrait rester en dessous de la tendance ».

Cependant, deux éléments pourraient jouer les trouble-fêtes. L’inflation a été supérieure aux attentes à 1,4% en glissement annuel en avril et au-dessus du niveau de mars de 1,0%. Une autre surprise à la hausse en mai pourrait inciter la BNS à maintenir son taux directeur inchangé lors de sa réunion de juin et retarder la prochaine baisse des taux à septembre.

De plus, si l’inflation dans la zone euro et aux États-Unis ne ralentit pas suffisamment, les banques centrales concernées pourraient reporter leurs premières baisses de taux. Comme le franc se déprécierait probablement davantage par rapport à l’euro et au dollar, la BNS pourrait également décider d’attendre jusqu’en septembre pour son desserrement.

Comme les attentes du marché reflètent déjà deux baisses de taux d’intérêt par la gardienne du franc, le potentiel d’une baisse des rendements est limité. Les experts estiment que les taux des obligations gouvernementales suisses à 10 ans évolueront latéralement autour du niveau actuel de 0,7% dans les mois à venir.

Par ailleurs, la consommation suisse reste soutenue par un…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi