fbpx

Cameroun Actuel

Plus de 30’000 festivaliers à Zermatt Unplugged

Shakira a fait une apparition surprise vendredi soir dans l’ambiance déchaînée du célèbre festival Coachella, dans le désert californien, clou d’une première journée où les artistes latinos étaient au diapason.

Autre temps fort, la tête d’affiche Lana Del Rey a fait son entrée sur scène escortée de motos puissantes pour la soirée d’ouverture du gigantesque événement musical, coup d’envoi des festivals d’été aux Etats-Unis.

Certains espéraient une apparition surprise de son amie et méga vedette Taylor Swift, que la rumeur dit en week-end romantique à Coachella avec son compagnon et joueur de football américain Travis Kelce.

Il n’en a rien été, mais les « Swifties » peuvent encore espérer qu’elle se joigne aux concerts des Bleachers, le groupe de son producteur Jack Antonoff, ou de la rappeuse du Bronx, Ice Spice, avec laquelle elle collabore aussi.

« Arriba Coachella »

En matière de surprise, c’est Shakira qui a déboulé sur la scène du désert californien pour électriser un peu plus le set de son acolyte, le producteur et DJ argentin Bizarrap.

Vêtue d’une courte robe aux couleurs du feu, elle a offert une performance puissante et dansante, notamment sur le tube commun du duo où elle se venge de son ex, l’ancien footballeur Gerard Piqué.

« Arriba Coachella », a crié Bizarrap, sous les acclamations explosives de la foule, tandis que la chanteuse en a profité pour annoncer une tournée mondiale.

Le duo surprise a parachevé une première journée très latino, signant la domination de plus en plus forte des artistes hispaniques sur les plateformes de streaming.

L’année dernière, le Porto-Ricain Bad Bunny avait écrit l’histoire en devenant le premier chanteur de langue espagnole à se hisser en tête d’affiche du grand rendez-vous musical.

Entre virtuel et nostalgie

Cette année, c’est Peso Pluma – 5e artiste le plus écouté dans le monde sur Spotify en 2023 – qui a attiré une immense foule avec son style unique, fusion des musiques régionales mexicaines traditionnelles, de rap latino et de reggaeton.

Pendant que flottaient dans la foule de nombreux drapeaux mexicains, le chanteur de 24 ans avait fait projeter les gros titres d’articles de presse faisant allusion aux controverses autour de son genre musical, le « narcocorrido », accusé de glorifier les cartels de drogue. Peso Pluma revendique parler de la réalité.

Et ce n’était pas fini au pied des montagnes San Jacinto. La…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi