fbpx

Cameroun Actuel

Narcisse Mouele Kombi rejette la faute des problèmes de transport du Championnat d’Athlétisme sur la Mairie de Douala

Narcisse Mouele Kombi

Dans une déclaration datée du 22 juin, le ministre des Sports et de l’Éducation Physique, Narcisse Mouele Kombi, a imputé les problèmes de transport lors des Championnats d’Afrique d’Athlétisme en cours à la Mairie de Douala. Ses remarques ont été faites en réponse à de nombreux échecs organisationnels, en particulier en ce qui concerne le transport des athlètes et des officiels.

Des athlètes de divers pays ont rapporté avoir dû payer des taxis pour se rendre à l’événement, tandis que d’autres ont été vus arrivant avec des escortes policières. Le ministre Kombi a souligné que « la ville de Douala, co-organisatrice de l’événement, a promis son soutien de plusieurs manières, y compris le transport urbain, les communications, l’aménagement des corridors, la sensibilisation publique et la mobilisation. »

Déviant la responsabilité de son ministère, Kombi a déclaré : « Comme il est de coutume lorsque notre pays accueille de tels événements sportifs internationaux, l’État a pris les mesures utiles et nécessaires en déboursant des ressources financières importantes pour assurer le bon déroulement de ces championnats. Un soutien a été apporté à la FCA pour l’organisation de l’événement, la préparation et le paiement des primes à l’équipe du Cameroun, le transport international et local, ainsi que l’hébergement et la restauration des officiels et des athlètes de toutes nationalités. Des fonds ont également été mis à disposition de l’ONIES pour mettre la piste du stade de Bepanda aux normes de l’IAAF. Cependant, en raison de contraintes techniques, la réhabilitation de la piste n’a pas pu être achevée, et il a finalement été décidé une semaine avant de déplacer la compétition au Complexe Sportif de Japoma, où l’ONIES réorganisait et réaménageait les infrastructures. »

Bien qu’il n’ait pas révélé le montant exact alloué par l’État pour l’événement, Kombi a souligné les rôles des différentes organisations : « L’organisation de cet événement repose principalement sur trois piliers opérationnels : la Confédération Africaine d’Athlétisme (CAA), qui est le propriétaire et l’organe directeur continental ; la Fédération Camerounaise d’Athlétisme (FCA), l’association hôte ; et la renommée ville de Douala, la ville hôte de l’événement. »

Reconnaissant la faible mobilisation pour l’événement, Kombi a noté que des mesures correctives étaient en cours d’implémentation : « Le maire de la ville a décidé de mettre en place des mesures correctives pour assurer une plus grande sensibilisation et participation du public à l’événement, en gardant à l’esprit que l’entrée au stade de Japoma est gratuite pour cet événement. »

« Plusieurs lacunes ont été identifiées le premier jour, et les officiels techniques de la CAA, qui ont testé la bonne qualité des installations, ont promis que celles-ci seraient corrigées afin que la compétition puisse se dérouler sans accroc. Il convient de noter que la Confédération est responsable de la gestion de tous les aspects des installations techniques et technologiques, y compris la chronométrie et les systèmes connexes », a-t-il ajouté.

Malgré ces assurances, les athlètes ont continué à exprimer leur mécontentement quant à l’organisation, certains refusant même de récupérer leurs médailles. Cette controverse se déroule alors que Hamat Kalkaba Malbum, un Camerounais, est président de la Fédération Africaine d’Athlétisme.

La 23ème édition de ces championnats réunit 1164 athlètes de 56 pays, dont 50 d’Afrique et six d’Europe et d’Amérique, en compétition dans toutes les disciplines athlétiques. Selon la CAA, ce nombre record souligne l’importance de ces championnats qualificatifs pour les Jeux Olympiques de Paris 2024.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi