Camerounactuel

Me Mbah Eric Mbah : « le devoir est énorme, le chantier est costaud »

Le premier discours du nouveau bâtonnier de l’Ordre des avocats du Cameroun, juste après son élection.

« Indubitablement, le processus l’était pas parfait. Il a eu ses dysfonctionnements que nous devons être capables de régler avec le temps. Je voudrais interpeller chacun d’entre nous que je ne suis pas ici devant vous comme, le vainqueur de cette élection, je suis juste le représentant du barreau qui est vraiment le vainqueur de cette élection.

Je l’ai dit, nous sommes plus respectés, nous sommes plus forts quand nous sommes unis. Au nom de mon équipe qui a parcouru le territoire pour solliciter vos votes, et qui a parfois eu des mots déplacés ou des attitudes qui ont frustré ou choqué, je voudrais me faire le devoir de demander pardon. Je suis désolé pour les dérapages, mais je dis que tout ce qui est passé est passé et avançons.

Également, je voudrais reconnaître que contre mon équipe, il y a eu des écarts de langage, des attaques très violentes et agressives, mais comme je l’ai dit, pour une grande image, pour la grande mission qui est de servir le Barreau camerounais, je dis que vous êtes également tous pardonnés. Chers éminents confrères, avançons comme une seule personne. Quel que soit le désagrément survenu pendant la campagne, c’était juste une campagne électorale. Rentrons dans notre case commune qui est appelée «Barreau».

Dans les prochains jours, comme le veut la tradition, en fonction des nécessités, je procéderai à-des nominations. Je voudrais sensibiliser tous, ..ceux, .qui, serons nommés à ; quelque poste de responsabilité que ce soit, que ce ne sera pas une occasion pour vous de récompenser ou d’accorder des avantages à ceux qui vous ont particulièrement aidés à gagner l’élection. Ce ne sera pas non plus une opportunité pour vous de frustrer ceux qui étaient contre vous. Ce sera seulement l’opportunité pour vous de servir le barreau camerounais.

Considérons-nous comme une même famille avec des particularités. Nous avons eu les «Ubuntu», nous avons eu les «Look no further»,… tout cela c’étaient des slogans politiques. Aujourd’hui, nous allons les ranger tous et vêtir nos robes qui font de nous le barreau camerounais. Chers éminents confrères, je voudrais vous remercier tous de m’avoir fait cet honneur, c’est un grand privilège.

Comme nous l’avons témoigné les -années passées, le bâtonnier n’est pas celui qui connaît tout, c’est simplement le coordinateur. L’expérience a montré qu’il y a même des avocats qui ont fait beaucoup de sacrifices pour le barreau du Cameroun sans en être membres du Conseil. Je voudrais rappeler à vous tous que nous ne sommes que quelques élus, pour diriger. Le devoir de servir et protéger Je barreau camerounais et le hisser au plus haut niveau incombe à chacun d’entre nous.

C’est sur ces mots, chers confrères, que je voudrais vous remercier : je voudrais remercier les organisateurs, je voudrais remercier les membres de la commission électorale, je voudrais remercier les scrutateurs, je voudrais remercier tout le monde ; et vous dire que tous les sacrifices que vous avez faits n’étaient pas pour votre candidature ou votre propre compte, mais pour le barreau du Cameroun. Et au nom de ce barreau camerounais, je vous remercie tous. Que tous ceux qui sont partis d’autres régions, de Douala, Bamenda, Buéa, Ngaoundéré, Garoua, Maroua,… fassent de bons voyages retour.

Ayons à l’esprit qu’un nouveau jour s’est levé, une nouvelle ère a commencé pour l’histoire du Barreau camerounais. Mais ce n’est qu’un changement de face ; nous allons continuer dans un même esprit. Ensemble, nous allons évoluer unis. Comme je vous avais dit pendant la campagne, le devoir est énorme, le chantier est costaud. Regagnons nos bureaux, regagnons notre maison commune qui est le Barreau« .

La Nouvelle Expression

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles