Camerounactuel

Les marines de l’UE contrôlent la migration en Libye pendant des années

Les marines de l’UE devraient rester garées au large des côtes libyennes pour les années à venir, disent les conseillers militaires, renouvelant l’inquiétude sur les conditions « ignobles » des réfugiés.

L’opération Irini patrouille dans l’un des couloirs migratoires les plus dangereux de l’UE – la mer Méditerranée entre la Libye et l’Italie, où plus de 100 000 personnes ont traversé en 2022 et où des milliers de personnes se sont noyées depuis 2014.

Ses deux navires et ses sept avions de surveillance sont également destinés à aider à faire respecter un embargo de l’ONU sur les armes et le pétrole contre la Libye.

Et compte tenu de l’aggravation de « l’instabilité », y compris des fusillades à Tripoli, Irini devrait rester au moins jusqu’au 31 mars 2025, a déclaré le service extérieur de l’UE dans une note interne aux ambassadeurs des États membres à Bruxelles lundi 17 janvier.

Irini partage des données de surveillance sur la migration avec l’agence européenne de contrôle des frontières Frontex.

Et Frontex travaille main dans la main avec les garde-côtes libyens, qui arrêtent les bateaux dans les eaux libyennes, mais qui ont un sombre bilan en matière de droits de l’homme.

Le nouveau chef de l’agence basée à Varsovie, Hans Leijtens, a refusé de commenter jeudi lorsqu’il a été interrogé sur une éventuelle complicité de Frontex dans les refoulements compte tenu de sa coopération avec la Libye, déclarant aux journalistes qu’il devait encore être pleinement informé avant son lancement officiel en mars.

« S’il y a des informations que nous devons connaître sur nous-mêmes, nous devons revoir nos propres opérations », a-t-il déclaré.

Les garde-côtes libyens interceptent des bateaux uniquement pour jeter les gens dans des camps de détention où ils risquent d’être assassinés, torturés et violés, selon des témoignages poignants précédemment partagés avec EUobserver.

La note de l’UE mentionne la « préoccupation » pour la « situation » des réfugiés.

Selon le document officiel, « l’état de droit, les droits de l’homme, l’agenda des femmes pour la paix et la sécurité et les perspectives de genre doivent être systématiquement intégrés et intégrés dans tous les [Irini’s] Activités ».

Mais cela ne valait pas les pixels avec lesquels il a été écrit pour Human Rights Watch (HRW), une ONG basée à New York.

Lorsqu’on lui a demandé si Irina avait aidé à protéger les personnes vulnérables au cours des deux dernières années, Andrew Stroehlein de HRW a répondu : « En fait, c’est complètement le contraire ».

« L’UE a essentiellement été complice de la torture et d’autres abus en Libye. Les décideurs savent très bien ce qui arrive aux gens en Libye, mais ils aident quand même à envoyer des gens là-bas », a-t-il déclaré.

« C’est ignoble », a ajouté Stroehlein.

La note de l’UE…

Lire la suite de l’article sur nouvelles-dujour.com

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Ma vie au quotidien

Les plus lus

Lire aussi