Camerounactuel

L’équipe médicale fait-elle le travail ?

L’annonce du forfait de Cole Caufield pour le reste de la saison est une autre tuile qui s’est abattue sur le Canadien. Depuis le début de la campagne, l’infirmerie du Tricolore semble plus achalandée que l’urgence de l’hôpital Maisonneuve-Rosemont.

• Lisez aussi : Longue convalescence pour Caufield

• Lisez aussi : Canadien : la victoire du travail et de l’émotion

• Lisez aussi : Canadien: Cole Caufield manquera le reste de la saison

En incluant Carey Price et Paul Byron, qui n’ont joué aucun match, le Tricolore compte actuellement 12 joueurs blessés. Hormis les Golden Knights de Vegas, qui sont privés de 10 joueurs, aucune autre équipe ne compte plus de sept joueurs sur la touche.

Comment expliquer une telle catastrophe ? D’autant que ce n’est pas la première fois que le Tricolore flirte avec le sommet de cette catégorie peu enviable.

L’année dernière, selon le site mangameslost.com qui compile les absences de tous les joueurs de la LNH, le taux d’absentéisme des Canadiens était le plus élevé avec 731 matchs manqués. Les Coyotes de l’Arizona ont suivi avec 627.

Bien sûr, ce n’est pas toujours une question de blessure au sens classique du terme. Les absences de Price et Jonathan Drouin, pour des raisons de santé mentale, et les cas de COVID des dernières années, ne sont pas des maux qui surgissent dans le feu de l’action.

Hughes se demande

Néanmoins, que le Canadien se classe parmi les pires de ce classement année après année soulève des points d’interrogation. A quel point l’équipe médicale du Tricolore peut-elle être pointée du doigt pour ces problèmes récurrents !

Les emplois des membres de ce staff médical, dirigé par Graham Ryndbend, le thérapeute en chef du sport, pourraient-ils être menacés ?

Des questions qui, apparemment, ont maintenant atteint la direction de l’équipe. Lors de son examen de mi-saison, Kent Hughes a semblé quelque peu chatouillé lorsqu’on l’a interrogé à ce sujet.

« Nous continuerons d’évaluer la situation à la fin de la saison. C’est vraiment surprenant le nombre de blessés qu’on a », a déclaré le directeur général du Canadien.

Au-delà des blessures, situation normale dans un sport comme le hockey, c’est la gestion de celles-ci qui semble faire défaut. Qui ne se souvient pas de la saga entourant la blessure de Shea Weber ?

Victime d’une fracture du pied gauche, conséquence d’un tir contré, dès le premier match de la campagne 2017-2018, il avait enduré la douleur jusqu’à la mi-décembre (matchs manqués à l’occasion) avant de déclarer forfait pour le reste de la saison.

L’opération subie en mars 2018 a alors nécessité une consultation pour évaluer l’état de son genou droit. Genou qui a finalement dû être opéré en juillet de la même année, tenant le capitaine à l’écart pendant deux mois et hypothéquant très probablement la suite de sa carrière.

Byron a…

Lire la suite de l’article sur nouvelles-dujour.com

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Ma vie au quotidien

Les plus lus

Lire aussi