fbpx

Cameroun Actuel

L’empathie n’est pas forcément la panacée dans tous les couples

Mettre tout le monde dans le même panier n’est peut-être pas la panacée en matière de thérapie de couple, comme le montre une étude de l’Université de Lucerne. Ainsi, plus d’empathie n’est pas forcément synonyme de meilleure relation.

« Si l’on observe chaque couple individuellement, on peut arriver à un résultat différent de celui obtenu en établissant la moyenne de tous les couples », indique Andrew Gloster, qui a dirigé cette recherche, cité mercredi dans un communiqué du Fonds national suisse (FNS).

L’homogénéité psychologique, c’est-à-dire l’idée que tout le monde fonctionne de la même manière, est remise en question depuis un certain temps. « Mais ce n’est que récemment que la recherche en psychothérapie en a pris conscience », note le chercheur.

De nouvelles méthodes de collecte de données et d’analyse ont permis de remettre en cause un principe bien établi qui veut qu’éprouver de l’empathie augmente l’attrait du ou de la partenaire. Le même principe s’applique pour l’auto-compassion. Selon l’adage bien connu: on ne peut aimer l’autre que si l’on s’aime soi-même.

L’empathie augmenterait alors la satisfaction au sein de la relation, ce qui se traduirait notamment par de la tolérance, de la bienveillance et de la sollicitude envers l’autre personne ou, dans le cas de l’auto-compassion, envers soi-même. C’est pourquoi la plupart des consultations de thérapie de couple tendent à promouvoir ces qualités.

Une petite moitié des couples

Pour en avoir le coeur net, l’équipe du Pr Gloster a analysé des données collectées dans le cadre d’une autre étude, pour laquelle 84 couples hétérosexuels vivant en Suisse ont tenu un genre de journal en temps réel. Durant une semaine, les participants ont évalué plusieurs fois par jour l’empathie éprouvée pour leur partenaire, leur auto-compassion et l’attractivité de leur partenaire.

« Nous avons ainsi pu analyser les couples séparément, du point de vue de chacun des partenaires, et avons découvert qu’ils s’écartaient de la moyenne », explique Andrew Gloster.

L’analyse a révélé que la formule « l’empathie envers l’autre augmente aussi son attrait » ne se vérifie que pour une petite moitié des couples. Pour l’autre moitié, les scientifiques n’ont pas pu établir de lien entre empathie envers le ou la partenaire et attirance.

Cette constatation a donc des répercussions sur les…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi