Camerounactuel

Législatives partielles dans le NoSo : le convoi transportant le matériel d’Elecam attaqué à Batibo

Le convoi transportant les fonctionnaires et le matériel électoral à Batibo a été attaqué lesamedi 21 mars 2020, faisant plusieurs blessés.

Selon plusieurs sources, des séparatistes armés ont ouvert le feu sur le convoi en prenant pour cible l’honorable Mbah Ndam Joseph Njang, député sortant de Momo ouest (Batibo).

« Au moins quatre personnes ont été blessées lors d’une attaque menée par des présumés Amba boys sur le convoi blindé transportant l’honorable Mbah Ndam pour la circonscription de Batibo. Il était en route pour préparer les élections législatives prévues dans cette région », ont rapporté plusieurs médias locaux.

D’autres sources ont cependant suggéré que quatre éléments des forces de défense et de sécurité camerounaises ont été blessés alors qu’ils repoussaient les assaillants. Deux employés d’Elections Cameroon (ELECAM) auraient été blessés. L’honorable Mbah Ndam serait sorti indemne après que les soldats aient réussi à infliger de lourdes pertes aux séparatistes armés.

Comme ce fut le cas lors des élections municipales et législatives du 9 février 2020, les séparatistes ont juré de faire échouer les élections de dimanche.

L’électorat de Momo Ouest ainsi que ceux de dix autres circonscriptions électorales des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun choisissent 13 députés ce dimanche 22 mars 2020.

La reprise des élections d’aujourd’hui fait suite à la décision du Conseil constitutionnel n°29/SRCER/G/20 du 25 février 2020 d’annuler l’élection des députés dans les circonscriptions suivantes : Région du Nord-Ouest – Menchum Nord, Bui Ouest, Mezam Sud, Bui Centre, Bui Sud, Mezam Centre, Momo Est, Menchum Sud, Momo Ouest et Mezam Nord – et Région du Sud-Ouest – Lebialem.

La reprise des élections dans les circonscriptions susmentionnées commence à 8 heures et se termine à 18 heures, conformément à un décret présidentiel.

L’annulation partielle des résultats des élections législatives du 9 février 2020 est intervenue après que le Social democratic front (SDF), parti de l’opposition, ait saisi le Conseil constitutionnel en invoquant des irrégularités qui enfreignaient les lois relatives aux élections dans le pays.

Les avocats et les candidats du SDF avaient prié le Conseil constitutionnel d’annuler partiellement les élections pour des raisons d’insécurité et de création de centres de vote qui privent leurs électeurs de leurs droits.

Les experts politiques estiment que cette répétition pourrait contribuer à améliorer la situation du SDF, qui est sortie des deux élections municipales et législatives du 9 février avec sa plus mauvaise performance jamais enregistrée, en n’obtenant que cinq sièges. Il a récolté 18 sièges lors des élections de 2013.

Le RDPC du président Paul Biya a obtenu 139 des 167 sièges déclarés lors des élections du 9 février 2020.

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles

Les plus lus

Lire aussi