fbpx

Cameroun Actuel

Le Hamas, « seul obstacle entre le peuple et un cessez-le-feu » (USA)

Tout est enfin prêt: le vaisseau Starliner de Boeing doit décoller lundi et transporter pour la première fois des astronautes de la Nasa jusqu’à la Station spatiale internationale — avec plusieurs années de retard sur SpaceX.

Cet ultime vol test de Starliner, avant le début de ses opérations régulières, est crucial pour le géant de l’industrie aérospatiale, qui joue entre autres sa réputation.

Commandé il y a dix ans par la Nasa, le développement du vaisseau a été marqué par les mauvaises surprises et reports successifs, une série noire à laquelle Boeing espère bien mettre un terme.

Les astronautes américains Butch Wilmore et Suni Williams doivent décoller lundi à 22H34 de Cap Canaveral en Floride (04H34 Heure suisse mardi) à bord de la capsule Starliner, qui sera propulsée en orbite par une fusée Atlas V du groupe ULA.

Ces deux vétérans de l’espace, tous deux venus de l’US Navy, se sont chacun déjà rendus deux fois dans la Station spatiale internationale (ISS), à bord d’une navette spatiale puis d’un vaisseau russe Soyouz. « Ce sera comme revenir à la maison », a anticipé Suni Williams.

Mais concernant la capsule les y menant, « tout est nouveau, tout est unique », a souligné Butch Wilmore. « Je ne crois pas qu’aucun de nous ait jamais osé rêver être associé au premier vol d’un tout nouveau vaisseau », s’est-il réjoui.

Pour la Nasa aussi, l’enjeu est grand: avoir un deuxième véhicule en plus de celui de SpaceX pour transporter les astronautes américains « est très important », a souligné Dana Weigel, en charge du programme de l’ISS.

Cette capacité permettra de pouvoir mieux répondre à « différents scénarios d’urgence », par exemple en cas de problème sur l’un des vaisseaux, a-t-elle expliqué.

Série de revers

Starliner doit s’amarrer à l’ISS vers 07H00 Heure suisse mercredi et y rester un peu plus d’une semaine. Des tests seront réalisés pour vérifier son fonctionnement, puis les deux astronautes repartiront avec lui vers la Terre. La réussite de cette mission viendrait clore sur une bonne note un programme de développement qui s’est révélé semé d’embûches.

En 2019, lors d’un premier test sans équipage, la capsule n’avait pas pu être placée sur la bonne trajectoire et était revenue sans atteindre l’ISS.

Puis, en 2021, alors que la fusée se trouvait déjà sur le pas de tir pour retenter le vol, un problème de valves bloquées sur la capsule avait encore…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi