fbpx

Cameroun Actuel

Lausanne: des aménagements devant la gare jusqu’à l’automne

Le Grand Conseil vaudois a accepté mardi d’octroyer un crédit de 4,1 millions de francs pour la mise en place d’un Centre de compétences sécuritaire (CCS) en gare de Lausanne. Des réticences se sont fait entendre à gauche de l’hémicycle quant au risque de détentions abusives dans ces locaux.

Le futur bâtiment nommé « Les Epinettes » est actuellement en cours de construction au sud-ouest de la gare. Il permettra de regrouper sous un même toit la police cantonale vaudoise (PolCant), la police des transports (STP) et l’Office fédéral de la douane et de la sécurité des frontières (OFDF), a expliqué le député UDC Fabrice Tanner au nom de la majorité de la commission.

Pour ce faire, deux étages seront partiellement loués aux CFF, propriétaires du site. Prévus pour l’automne 2026, les locaux abriteront des surfaces administratives. Y seront également installées une cellule de rétention équipée d’une couchette et d’un WC ainsi que huit salles de garde à vue, (contre deux cellules et trois locaux de garde à vue actuellement).

Collaboration favorisée

Les locaux actuels n’ont pas évolué depuis des décennies et la Polcant a besoin d’une zone à partir de laquelle elle peut se déployer, tant pour les activités courantes que pour les manifestations, a souligné l’UDC.

Le projet permet de conserver un point d’appui sur place, la grande circulation de personnes et les activités commerciales sur le site demandant un travail policier important. La création d’un espace mutuel entre les différents partenaires sécuritaires est pertinente et elle favorise la collaboration.

Le projet ne risque pas de prendre du retard, malgré celui pris par les travaux de transformation de la gare. Le coût est estimé à 11,5 millions de francs, dont 4,1 millions à la charge du canton, a précisé M. Tanner.

Craintes pour les conditions de détention

Pas convaincue, une minorité des députés a demandé de retravailler le projet. Elle craint notamment que les conditions de détention ne soient pas acceptables pour les personnes interpellées, a relevé Hadrien Buclin (Ensemble à gauche et POP).

Le conseiller d’Etat Vassilis Venizelos s’est engagé à ce que les gardes durent tout au plus quelques heures. Mais la tendance ces dernières années est d’utiliser des locaux de police pour des périodes de détention prolongée, ce en raison de la forte surcharge des établissements de détention, a-t-il…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi