Camerounactuel

Kribi : le préfet sur une poudrière

Menaces de soulèvements populaires du fait des indemnisations et des alertes terroristes secouent l’état-major de la cité balnéaire.

Depuis plus d’une semaine, des alertes terroristes circulent dans la cité balnéaire de Krlbi. «Faites attention, vous qui êtes à Kribi; abstenez-vous des lieux d’attroupement, ne sortez pas sans vos pièces d’identité; les ambazoniens sont dans votre ville». Peut-on lire dans les réseaux sociaux ou encore «HVRC 18 ambas actuellement à Tiko auraient l’Intention de procéder à des attaques à l’explosif dans la ville de Kribi le 14 juin 2022. Vigilance dans la ville et ses accès terrestres et maritimes dès ce jour 13 juin 2022»; et même, des voices dans le même sens sont envoyés dans les groupes whatsapp de Kribi.

Les autorités administratives confirment être bien au courant de ces «rumeurs»,, non sans demander à chaque interlocuteur d’être vigilent. À la préfecture, les réunions de sécurité se succèdent, et les citoyens qui ne sont pas informés sont surpris des patrouilles pédestres et motorisées de police et même de gendarmerie dans les quartiers. Ils étaient jusque-là habitués à des patrouilles de routine de la police uniquement dans les lieux bruyants de la cité balnéaire à des heures tardives.

Le préfet NOUHOU BELLO tient ses neuf sous-préfets en alerte notamment, celui de Nieté où la majeure partie des ouvriers de la société Hevecam vient du Nord- Ouest et du Sud-Ouest. Plusieurs fois, de forts soupçons de la présence des séparatistes y ont eu lieu, suivi même des interpellations. L’alerte est d’autant prise au sérieux au niveau central que certaines unités de sécurité dans les zones sensibles comme le Port Autonome de Kribi, se sont vues doter d’équipements de nouvelles technologie.

Le casse-tête des indemnisations

Indemniser les populations impactées par les travaux de l’autoroute Kribi – Lolabé constitue un autre enjeu ’de sécurité publique, une poudrière qui peut exploser à tout moment et occasionner des intrusions avec des conséquences imparables.

Avec le paiement de la deuxième phase des indemnisations à la préfecture de Kribi la semaine dernière, des langues s’élèvent et portent de graves accusations contre le Préfet de l’Océan, Président de cette commission de paiement. «Le Préfet de l’Océan et la commission départementale y compris ses deux adjoints Al et A2 sont à la tête d’une mafia».

Peut-on lire dans un document manuscrit de huit pages non signées qui appartiendrait à un «collectif des insatisfaits», et donc personne n’assume la paternité. Ce «collectif des insatisfaits» met en cause la Déclaration d’Utilité Publique (DUP) qui serait forclose depuis deux ans, ainsi que la superficie de l’emprise de l’autoroute, et averti l’autorité administrative de d’un trouble éminent. «La ville de Kribi et ses autorités devraient s’attendre a des jours et des nuits très agités!». Peut-on y lire.

Dans la grande une du quotidien Le Messager, on peut également y lire «Magouilies et cupidité préfectorales» avec une photo portrait du préfet Nouhou Bello. On apprendra dans ies colonnes du dit quotidien que l’administrateur civil principal «fait main basse sur 400 millions de FCFA» de l’argent de ces indemnisations. À la réunion d’évaluation de mardi dernier, c’était plutôt un préfet méconnaissable avec un air bien grave.

«Le ministère des Travaux Publics a mis à disposition, un montant de 601.500 000 FCFA, et ce montant a été mobilisé dans un compte, et les paiements se font par chèque. Jusqu’à date, je peux vous dire que nous n’avons reçu aucune plainte ni au niveau de la commission, ni de notre hiérarchie sur le refus de paiement ou de remise d’un chèque quand les conditions sont remplies.

Si vous, en tant que journaliste, vous déclaré que le Préfet a reçu 1 Milliard et qu’il s’est assis sur quatre cent millions sans apporter un seul élément de preuve, je pense que c’est faire preuve de beaucoup de légèreté ; je le dis car, j’ai été caricaturé par le journal Le Messager comme étant un préfet qui fait dans la magouille et la cupidité; je mets en demeure ce journal de m’apporter les preuves de ses déclarations», a-t-il défendu en présence de la presse.

Des chiffres de la deuxième phase de l’indemnisation

La deuxième phase des paiements porte sur un montant de 601. 580630 FCFA qui a débuté le mercredi 8 juin 2022 concerne les arrondissements de Kribi 2 et Lokoundjé. Le montant total restant est de 983215898 FCFA. La Commission présidée par le Préfet NOUHOU BELLO, a opté pour le Paiement total de tout le montant contenu dans le Décret à tous les bénéficiaires ayant une somme inférieure ou égale à 6’millions de francs CFA ; et le payement partiel au prorata des sommes dues à chaque bénéficiaire ayant plus de 6 millions de francs CFA.

Les statistiques disponibles . à la préfecture de Kribi montrent ies paiements suivant;

– Sur ies 291 Bénéficiaires de Kribi 2 et de Lokoundjé, 246 personnes dont le montant est inférieur ou égal à 6 millions de francs CFA ont Entièrement perçu leurs droits;

– 45 Personnes dont le montant est supérieur à 6 millions de francs CFA ont reçu partiellement leurs indemnisations. En terme de chèque, 284 ont été établis, 07 sont non-établis appartenant aux indivisaires, d’après la commission ; 259 Chèques sont déjà déchargés, 25 Chèques sont disponibles à la Préfecture.

Les Bénéficiaires absents ou ne remplissant pas les conditions pour décharger leurs Chèques sont au nombre de 22. La commission explique que, ce sont des bénéficiaires indivisaires n’ayant pas encore produit l’acte notarié comme l’exige la Loi à cause des dissensions internes. Des arguments que le «collectifs des insatisfaits» estime inacceptables.

Le Messager

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles

Les plus lus

Lire aussi