Camerounactuel

Jean Michel Nintcheu : « le 20 mai 1972 a été une escroquerie politique »

Le député Social democratic front (Sdf) demande le retour au fédéralisme à deux Etats.

La 50è édition de la fête nationale du Cameroun sera célébrée le 20 mai prochain. La parade militaire et civile du cinquantenaire de la célébration de la fête de l’unité aura bel et bien lieu au boulevard du 20 mai. A quelques jours de l’événement, Jean Michel Nintcheu lance un coup de gueule.

Selon le député Sdf, la célébration de la fête nationale est une arnaque. « Le 20 mai 72 a été une escroquerie politique !le retour au fédéralisme à deux états est la solution à la crise! », écrit l’homme politique sur sa page Facebook. Au Cameroun, un référendum a lieu le 20 mai 1972 pour l’adoption d’une nouvelle constitution. Il a mis fin au système fédéral et a donné naissance à la République unie du Cameroun.

La question soumise à référendum était la suivante : « Approuvez-vous, dans le but de consolider l’unité nationale et d’accélérer le développement économique, social et culturel de la nation, le projet de constitution soumis au peuple camerounais par le président de la République fédérale du Cameroun et insti- tuant une République, unie et indivisible, sous la dénomination de République unie du Cameroun ? »

A l’issue du référendum, le « OUI » l’emporte à 99,99 % soit 3 177 846 votes, contre 176 votes pour le « NON ». Soit 0,01 %. Conséquence, la constitution est officiellement adoptée le 2 juin 1972 par le décret 72-270 du président Ahmadou Ahidjo. Le 20 mai est fête nationale en hommage à ce référendum.

Le Messager

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles