Camerounactuel

Jardinage. Choisir le bon rosier, pas si épineux…

Les roses sauvages (dites botaniques) sont originaires de différentes régions du globe (Moyen-Orient, Europe, Asie, etc.). Notre rose musquée (Rosa canina), toujours familière le long des chemins, en fait partie. Ces espèces – une centaine selon les spécialistes – ont voyagé, se sont croisées entre elles naturellement ou grâce à l’intervention de l’homme.

L’une d’elles, Rosa gallica, rose gallique ou rose française, est à l’origine des roses « anciennes » (plusieurs centaines de variétés, dont la rose de Provins), parmi les plus parfumées. A partir du milieu du XIXee siècle, on obtient les variétés dites modernes.

Enfin, les roses « anglaises » ont réussi la fusion entre l’ancien et le moderne, en apportant à ces dernières le parfum qui leur manquait.

Aujourd’hui, toutes ces catégories coexistent. Vous pourrez découvrir les nombreux spécimens dans les catalogues des obtenteurs, dans les jardineries ou dans les pépinières, les rosiers botaniques servant de porte-greffes pour adapter la végétation d’un greffon (variété choisie pour la beauté et le parfum de ses fleurs) à la croissance conditions (climat, type de sol, etc.) qu’il ne pourrait pas supporter.


Dans le jardin ou sur le balcon

Pour choisir le bon rosier, il faut aussi tenir compte de son futur emplacement dans le jardin (ou sur la terrasse ou le balcon). Pour cela, les groupes suivants sont distingués.

Rosiers buissons Ils atteignent 1,50 m au maximum. A réserver principalement aux massifs, éventuellement en containers pour les plus bas. Ils gagnent à être taillés pour se ramifier et bien fleurir.

Rosiers buissons D’une hauteur de 2 m et plus, ils sont utilisés en haies ou isolés. Une taille (annuelle) vise à entretenir leur silhouette.

Rosiers grimpants et rosiers grimpants Ne peut pas mesurer plus de 10 m de haut, mais n’a pas de vrilles ou de pointes autoportantes. Il faut aussi prévoir un treillis ou autre support pour recouvrir un mur, une pergola, le tronc d’un arbre… On les taille uniquement pour contrôler leur développement.

Rosiers couvre-sol Ils ne dépassent pas 0,70 m de hauteur ; pour rocailles et bordures.

Roses tiges Ils ont un tronc nu (porte-greffe) couronné d’une boule fleurie (parfois pleureuse). Leur hauteur varie de 0,70 m à 1,40 m environ, ce qui leur permet de sortir d’un amas de vivaces, lorsqu’elles ne sont pas utilisées isolément. Les plus petits peuvent être cultivés en pots.

Roses miniatures De 0,20 à 0,40 m de haut, elles sont réservées aux pots et jardinières. Ils sont en effet peu résistants aux conditions de croissance en pleine terre.


Titre de l'icône5 choses à savoir avant d’acheter un rosier

  1. Décidez du type de rosier (buisson, arbuste, grimpant, tige, etc.) en fonction de l’emplacement de plantation prévu.
  2. Achetez la plante à racines nues en automne et en hiver (moins cher), en pot au printemps.
  3. Examinez l’état des racines (nues) et des…

Lire la suite de l’article sur nouvelles-dujour.com

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Ma vie au quotidien

Les plus lus

Lire aussi