Camerounactuel

Grossesse non intentionnelle : un obstacle pour la jeune fille au Cameroun

Le rapport sur l’état de la population mondiale 2022 relève que ce phénomène constitue une cause majeure de mortalité maternelle à l’échelle mondiale.

Selon Noemi Dalmonte, représentante résidente adjointe du Fonds des Nations-Unies pour la population (Unfpa), les grossesses non intentionnelles ont des conséquences sociales et individuelles sur la jeune fille. Elles touchent à la santé physique et mentale des filles.

Ces grossesses entraînent une hausse des avortements non médicalisées, cause majeure de mortalité maternelle à l’échelle mondiale. La représentante résidente adjointe de l’Unfpa s’exprimait ainsi ce 23 juin 2022 à l’occasion de la cérémonie officielle de lancement du rapport sur l’état de la population mondiale 2022.

La cérémonie officielle de lancement du rapport sur l’état de la population mondiale 2022 s’est tenue à Yaoundé. Ladite cérémonie était présidée par le ministre délégué auprès du ministre de l’Economie de la Planification et de l’Aménagement du territoire. Ce rapport révèle que 60% des grossesses non intentionnelles aboutissent à un avortement, qui dans 45% de cas entrainent des conséquences fatales.

Le rapport relève également qu’à l’heure actuelle, près de la moitié des grossesses à travers le monde ne sont pas intentionnelles : « Pour nous les femmes, le plus bouleversant choix reproductif risque, tout simplement de ne pas être un choix. Le rapport sur l’état de la population mondiale 2022 nous oblige à nous interroger sur nos valeurs, sur nos priorités et sur notre futur si proche de 8 milliards de personne sur cette ferre ».

Au Cameroun, en dépit des efforts des pouvoirs publics et des partenaires comme l’Unfpa, l’on obsetve encore un nombre inquiétant de grossesses non intentionnelles. Selon l’Unfpa, la plupart de ces grossesses gonflent l’incidence des besoins non satisfaits en planification familiale, estimée à 18% des femmes et filles en âge de procréer.

Avec cette situation, l’Unfpa appelle la communauté nationale à reconnaître la question des grossesses non intentionnelles comme une crise mondiale, qui a également les répercussions au Cameroun.

Pour réduire ce phénomène chez les jeunes filles l’Unfpa plaide pour ie renforcement de la. qualité et l’offre des services en planification familiale, l’augmentation des efforts en matière de la lutte contre l’impunité vis- à-vis des violences sexuelles et la multiplication des investissements dans le changement de normes sociales pour renforcer le pouvoir de choix’ en santé sexuelle et de reproduction.

L’Unfpa interpelle le gouvernement et les leaders communautaires à faire des droits des femmes et des filles à la santé sexuelle et reproductive une priorité.

Le Jour

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles

Les plus lus

Lire aussi