Camerounactuel

Grâce présidentielle: Paul Biya ignore les prisonniers politiques

Les personnalités condamnées dans le cadre des détournements des deniers publics et de la crise socio-politique dans les régions anglophones ne sont pas concernées par les mesures prises hier par le chef de l’Etat.

Difficile de savoir combien de personnes, détenues dans les prisons du Cameroun vont recouvrer la liberté dans les prochains jours, suite au décret de commutation et de remise de peine signé hier par Paul Biya.

Selon les juristes, cette mesure pourtant salutaire ne pourra malheureusement pas résoudre le problème de surpopulation en milieu carcérale. La raison évoquée est que, plus de 75% des détenus dans nos prisons sont en détention provisoire, c’est-à-dire n’ont jamais été jugées.

Hier 15 avril 2020, le président de la République Paul Biya a signé un décret portant commutation et remise de peines en faveur des prisonniers. Cette mesure qui relève des pouvoirs du président de la République, intervient dans un contexte marqué par la propagation de la pandémie du Coronavirus dans le monde entier. Une épidémie qui a déjà fait au moins 20 morts au Cameroun.

L’on sait davantage sur les détenus qui ne vont pas bénéficier de cette mesure présidentielle. Les personnes condamnées dans le cadre de l’opération épervier et les détenus de la crise anglophone à l’instar du président de l’Etat imaginaire de l’Ambazonie, Ayuk Sissiku Tabe sont d’office ignorés par ce décret.

Paul Biya a précisé que : les dispositions de l’article 1er du présent décret sont inapplicables aux personnes en état d’évasion à la date de signature du présent décret, aux récidivistes. Les personnes détenues pour avoir été condamnées pour une infraction commise pendant qu’elle se trouvait en détention ne seront pas libérées.

C’est le cas du 1er vice-président du Mrc, Mamadou Ya-coubou Mota, condamné à deux ans d’emprisonnement en septembre 2019 dans le cadre de la mutinerie survenue en juillet dernier à la prison de Kondengui alors qu’il était en détention préventive au sein de cet établissement pénitencier.

Les personnes condamnées pour les infractions d’atteinte à la sûreté de l’Etat, des actes de terrorisme, de détournement de corruption, favoritisme et concussion ne seront pas libérées également. Cette mesure ne sera pas appliquée en faveur des personnes condamnées pour viol, d’agression sexuelle, pédophilie ou des infractions liées à la détention des armes ainsi qu’aux récidivistes.

Gervais Mendo Ze, l’ancien directeur général de la Crtv, Urbain Olanguena Owono, l’ancien ministre de la Santé publique, Marafa Hamidou Yaya, l’ancien ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Jean-Marie Atangana Mebara, l’ancien secrétaire général de la présidence de la République, Polycarpe Abah Abah, l’ancien ministre des Finances, tous déjà condamnés devront encore compter sur une probable grâce présidentielle pour recouvrer une liberté.

Toutes ces personnalités de troisième âge semblent pourtant être exposées à la pandémie du Covid 19. A côté d’eux, il y’a d’autres détenus poursuivis dans le cadre des détournements des deniers publics qui attendent leur jugement.

Amadou Vamoulké, l’ancien Dg de la Crtv, Basile Atangana Kouna, l’ancien ministre de l’Eau et de l’Ener-gie, Jean William Sollo, ancien dg de la Camwater ou Edgar Alain Mebe Ngo’o, ancien ministre de la Défense sont détenus depuis plusieurs années en prison et attendent toujours d’être jugés.

C’est depuis plus d’un mois que l’Organisation des na-tions-Unies a lancé un appel aux chefs d’Etat de libérer les prisonniers pour éviter une propagation de l’épidémie dans le milieu carcéral.

Il y’a deux semaines, la Commission nationale des droits de l’homme du Barreau avait attiré l’attention des autorités camerounaises sur la surpopulation en milieu carcéral au Cameroun en cette période où le pays fait face à la pandémie. Dans la nuit de dimanche à lundi, deux détenus ont trouvé la mort à la prison centrale de Kondengui. Jusqu’à présent, les circonstances de ces décès ne sont pas connues.

Source: Le Jour

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles