Camerounactuel

Football : la CAF lance une super ligue de 24 clubs

Une nouvelle super ligue de 24 clubs qui vise à révolutionner le football africain et à devenir sa compétition la plus riche a été lancée par le président de la Confédération africaine de football, Patrice Motsepe, alors même que son organisation a fait état d’une perte de près de 50 millions de dollars l’année dernière.

Motsepe a déclaré mercredi au début de l’assemblée générale de la CAF à Arusha, en Tanzanie, que la nouvelle ligue offrirait un prix en argent de 100 millions de dollars – plus de cinq fois plus que l’actuelle Ligue des champions africaine – et que chaque club de la saison inaugurale du cross- la compétition continentale recevrait 2,5 millions de dollars au départ pour aider à financer ses préparatifs et sa participation.

La compétition devrait débuter en 2023 et bénéficie du soutien de la FIFA, contrairement au projet de club de Super League européen condamné l’année dernière.

Le lancement officiel a eu lieu mercredi après-midi.

Motsepe n’a fourni aucun détail concret sur la provenance de l’argent pour financer la nouvelle ligue africaine avec la CAF en difficulté financière. Il a déclaré le mois dernier que la CAF avait été « inondée d’investisseurs et de sponsors » pour la ligue mais n’avait pas encore annoncé un accord commercial majeur.

En outre, les chiffres de la CAF publiés mercredi ont montré qu’elle avait enregistré une perte nette de 44,6 millions de dollars en 2020-2021 et certains rapports récents des médias ont même affirmé que l’organisme de football africain est effectivement en faillite un peu plus d’un an après le début de la présidence du milliardaire minier sud-africain.

« Nous pensons que nous pouvons changer le visage du football africain », a déclaré Motsepe, répétant qu’il y avait un énorme intérêt de la part des sponsors et des partenaires commerciaux pour être connecté à la nouvelle ligue africaine.

L’assemblée générale de la CAF a également été suivie par le président de la FIFA, Gianni Infantino, que Motsepe a qualifié de « frère africain basé en Europe ». Motsepe a déclaré que les 54 pays membres de la CAF voteraient pour Infantino lors de l’élection présidentielle de la FIFA l’année prochaine au Rwanda.

Ce commentaire était susceptible de provoquer à nouveau des critiques selon lesquelles la CAF sous Motsepe est trop proche d’Infantino, qui a utilisé son influence à la tête du football mondial pour s’assurer que Motsepe a été élu sans opposition à la présidence de la CAF en mars 2021, bien que le Sud-Africain n’ait aucune expérience antérieure dans le football international. administration.

La CAF est la deuxième plus grande confédération de football après l’UEFA et fournit un gros bloc de voix pour la course à la direction de la FIFA. Pour beaucoup, Infantino a suivi une tactique similaire en Afrique à son prédécesseur Sepp Blatter, dont l’offensive de charme en Afrique l’a aidé à rester au pouvoir pendant près de 20 ans.

Le mois dernier, Motsepe a répondu aux critiques selon lesquelles il était une «marionnette» pour Infantino, quelque chose qui l’a suivi depuis qu’il a été élu avec l’aide d’Infantino.

« Il y a des choses sur lesquelles nous sommes d’accord et d’autres non », a déclaré Motsepe lors de la Coupe d’Afrique féminine au Maroc. « Je me concentre sur le commerce et je gagne de l’argent avec le football africain et ce truc d’Infantino est une vieille histoire pour moi. »

Lors de l’assemblée générale de mercredi, Infantino a reçu une grande photo encadrée du mont Kilimandjaro par le Premier ministre tanzanien Kassim Majaliwa tandis que Motsepe a applaudi vigoureusement le président de la FIFA et a cajolé les délégués à la réunion pour qu’ils se joignent aux applaudissements.

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles

Les plus lus

Lire aussi