Camerounactuel

Fecafoot : Le Coq Sportif exige d’accompagner les Lions indomptables au Mondial

Selon le lanceur d’alerte Boris Bertolt, l’équipementier français Le Coq Sportif a posé cette exigence à l’audience du 23 septembre 2022.

C’est aujourd’hui connu de tous. L’équipementier français Le Coq Sportif traîne la Fédération camerounaise de football (Fecafoot). L’affaire est jugée au tribunal de commerce de Nanterre. Le lanceur d’alerte Boris Bertolt qui présente comme scoop de ce mercredi 28 septembre 2022 un communiqué de Le Coq Sportif rapporte que la Fecafoot maintient qu’elle met fin au  contrat de celui-ci. Et l’équipementier réaffirme son désir de rester l’habilleur des Lions indomptables.

Retrouvez ci-dessous la tribune de Boris Bertolt

La stratégie du dilatoire. Ainsi peut se résumer l’attitude de la FECAFOOT dans le cadre du procès qui l’oppose à l’équipementier Coq Sportif pour rupture abusive du contrat.

En effet, à la suite d’une plainte du coq sportif au tribunal de commerce de Nanterre, le juge avait nommé un médiateur à la suite de l’audition du 15 septembre 2022 auquel avait pris part Samuel ETO’O en vision conference et ses avocats qui avaient ouvertement accepté. Par la suite les différentes parties devaient présenter leurs exigences.

Sauf que à l’audience du 23 septembre 2022, les avocats de la FECAFOOT indiquent simplement qu’ils ont mis fin au contrat. Samuel ETO’O toujours présent se lance dans une vaste diatribe contre coq Sportif arguant qu’il n’a peur de personne. Encore moins du président Macron. Rien sur les exigences de la FECAFOOT. Coq Sportif pose de son côté comme exigence la participation au mondial et le paiement des droits de sortie par la FECAFOOT. Le médiateur nommé par le juge face au blocage suggère de revoir le contrat de coq sportif. Samuel ETO’O indiqué qu’il doit consulter mardi son comité exécutif.

Lundi et mardi au tribunal de Nanterre, la FECAFOOT n’a formulé aucune proposition. Face à ce blocage Coq Sportif dans un communiqué rendu public ce jour, souligne que la FECAFOOT refuse actuellement toute conciliation en dépit des discussions entamées. Mais précise que la procédure judiciaire se poursuit.

Car au cas où la FECAFOOT maintient la stratégie du dilatoire, compte tenu de l’urgence de la coupe du monde, l’affaire sera jugée en référée heure par heure et la FECAFOOT s’expose au paiement de plusieurs milliards Fcfa à titre d’indemnités.

Pour l’instant du côté de la FIFA, l’équipementier du Cameroun demeure Coq Sportif.

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles

Les plus lus

Lire aussi