Camerounactuel

Douala : un malade mental exploité sexuellement par des femmes

Ce vendredi matin, Nestor (nous le prénommerons ainsi), qui approche la trentaine, erre sur un trottoir dans un coin de Nyalla, quartier de l’arrondissement de Douala III. L’air négligé, un sourire niais qui semble perpétuel, il n’attirerait pas spécialement l’attention, s’il n’y avait pas ce problème que ses proches connaissent : des femmes, informées qu’il dispose d’atouts enviables, profitent de ce qu’il n’a pas toute sa tête pour l’exploiter.

« Quand il a commencé à avoir ses problèmes, il lui arrivait de se promener presque nu. Et souvent, il prend son bain sur la cour arrière de leur concession, où les locataires peuvent le voir », témoigne Gabriel K., voisin de longue date de la famille.

De sources concordantes, la nature a donc été généreuse avec Nestor, s’agissant des attributs sus-évoqués. « Une femme en aurait parlé un jour dans un salon de coiffure du quartier à une autre, qui a voulu en savoir plus », confie une autre source. C’est ainsi que la « légende » est née.

CT apprendra que c’est avec de petits paquets, « des gâteaux, des jus », que le jeune homme est généralement appâté. « Il aime bien manger. Il ne travaille pas, et parfois va se poster à l’entrée d’un cafétéria dont le tenancier, pour le faire partir, lui donne quelque chose », poursuit notre source.

Nestor vit pourtant dans la concession familiale, dont divers espaces sont loués (commerces et habitations). Mais il n’en tire pas avantage, les siens profitant de son état mental pour le léser dans la redistribution des revenus locatifs…

Pour le reste, les sollicitations spéciales continuent pour le jeune homme, dont la taille moyenne et l’allure presque fluette ne laissent rien soupçonner a priori… Des sollicitations qui ne se limitent pas à son quartier.

« On a remarqué au moins deux voitures, un pick-up et un Prado, qui viennent ici certains soirs pour lui. Lui-même est déjà habitué et va vers ces véhicules conduits par des dames dès qu’ils sont là », explique Guy Marcel 0., autre habitant du secteur au courant de l’affaire.

Dans ce cas précis, Nestor est généralement raccompagné après ses supposées prestations et parfois, en sus des friandises, ramène un peu d’argent.

Cameroon Tribune

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Ma vie au quotidien

Les plus lus

Lire aussi